Jean-Christophe Cambadélis : le Premier secrétaire du PS estime que Hollande "a stoppé le déclin" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean-Christophe Cambadélis : le Premier secrétaire du PS estime que Hollande "a stoppé le déclin"
©Flickr

Sûr de son fait

Jean-Christophe Cambadélis : le Premier secrétaire du PS estime que Hollande "a stoppé le déclin"

Le député était interrogé dans le Grand Rendez-vous (Europe 1, i-TELE, Le Monde) à propos d’une formule du chef de l’Etat citée en Une par le JDD: "Le retournement arrive".

Ce dimanche, l’exécutif veut faire passer un message : la situation économique française s’améliore. Ainsi, François Hollande a assuré au JDD que "le retournement arrive". Une formule défendue becs et ongles ensuite par son fidèle lieutenant Jean-Christophe Cambadélis. Invité du Grand Rendez-Vous (Europe 1, i-TELE, Le Monde), le Premier secrétaire du Parti socialiste a en effet estimé que "François Hollande a stoppé le déclin".

Le nouvel homme fort de Solférino s’est expliqué à ce sujet : "On est à la mi-temps du quinquennat et on peut constater que tout ce qui était en place à la fin du quinquennat Sarkozy, toutes les difficultés, ont été affrontées. Pas toutes surmontées, mais affrontées". "On n’a pas poussé les problèmes devant nous comme le faisait le gouvernement précédent", a poursuivi Jean-Christophe Cambadélis.

Le député a ensuite été élogieux envers le président de la République. "La première partie du quinquennat - il l’avait dit au départ - c’était pour stopper le déclin, essayer d’assainir la situation, créer les conditions d’une remontée de la France, dans la justice". "C’est très exactement ce qu’il fait aujourd’hui", a assuré celui qui a succédé à Harlem Désir à la tête du parti majoritaire.

Jean-Christophe Cambadélis estime aussi que François Hollande est "confiant dans le fait que la politique qu’il mène est une politique de protection des Français, quand on voit ce qu’il se passe dans les autres pays ou les demandes de l’UMP comme plan d’austérité : 130 milliards d’économies et un million de fonctionnaires en moins". "En même temps, il n’est pas auto-satisfait, car il voit que cela a du mal à fonctionner aussi rapidement que les Français le souhaiteraient et que lui-même le souhaiterait", a poursuivi l’élu parisien.

Le patron du Parti socialiste est à ce point confiant dans les capacités du chef de l’Etat qu’il le voit d’ailleurs déjà se représenter en 2017. "Je souhaite la réussite de la France et la réussite de la gauche et la réussite de la France et de la gauche, c’est François Hollande qui se représente". On n’en est pas là.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !