Irlande : un monstrueux taux de croissance de plus de 26 % pour 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le drapeau national de l'Irlande au-dessus d'une statue sur O'Connell Street à Dublin (Irlande) en 2011.
Le drapeau national de l'Irlande au-dessus d'une statue sur O'Connell Street à Dublin (Irlande) en 2011.
©REUTERS/Cathal McNaughton

Tigre

Irlande : un monstrueux taux de croissance de plus de 26 % pour 2015

De nouveaux chiffres nationaux, publiés le 12 juillet, font exploser les prévisions de croissance pour l'Irlande de 7,8%... à 26,3% du PIB irlandais pour 2015.

Le retour du "Tigre celtique" ?

D'après le bureau national des statistiques de la République d'Irlande (Central Statistics Office, CSO), de nouvelles données financières ont permis d'établir un chiffre quasi-définitif concernant le taux de croissance de l'Eire pour l'année 2015, multipliant les prévisions initiales de 7,8% de taux de croissance du PIB à plus de leur triple : 26,3%.

Avec seulement 4,8% de croissance pour 2014, le pays des "green boys" s'était déjà hissé au rang de champion européen de la croissance. Record explosé.

En effet, les derniers chiffres estimatifs de la croissance celte dataient de mars dernier, avec des données relativement incomplètes, notamment au quatrième trimestre 2015. Le gros de la croissance semble s'imputer toutefois au premier trimestre 2015 :

Les résultats définitifs viennent bouleverser la donne, et montrent une impressionnante poussée en avant du pays du trèfle à quatre feuilles. Tous les secteurs économiques sont concernés, rapporte

Concrètement : des achats d'avions de ligne, des restructurations de groupes, et des sociétés étrangères ou britanniques qui relocalisent leur siège en Erin.

Du côté du CSO, si l'on reconnaît que ces prodigieux résultats sont le fruit d'une hausse des mouvements d'import-export, ils n'ont eu qu'un impact relatif sur l'emploi, déplore Michael Connolly, analyste senior chez CSO.

La prudence est également de mise quant à ces résultats, aussi définitifs soient-ils. Pour le moment, le taux de croissance du PIB est en légère baisse pour le premier trimestre 2016 (-2,1% au lieu des -1,5% prévus par le CSO). Mais ce sont des chiffres provisoires.

Quant aux dommages collatéraux éventuels occasionnés par le Brexit, l'avenir est encore trop flou pour les évaluer, même si l'exécutif voit toujours planer son ombre dans les années à venir.

"Pour la période 2017-2021 , nous pensons que l'effet (du Brexit, ndlr) sur le PIB se situerait entre 0,5 et 1,6 pour cent", a estimé le ministre irlandais des Finances, Michael Noonan avant le référendum, jugeant toutefois que les "risques liés au Brexit restent 'maîtrisables'".

Lire aussi : Espagne, Irlande, Portugal… les pays européens seraient-ils devenus ingouvernables ?

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !