Iran : grève des commerçants du Grand Bazar et troubles dans les rues de Téhéran contre les difficultés économiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Iran : grève des commerçants du Grand Bazar et troubles dans les rues de Téhéran contre les difficultés économiques
©ATTA KENARE / AFP

Crise du rial

Iran : grève des commerçants du Grand Bazar et troubles dans les rues de Téhéran contre les difficultés économiques

Le Grand Bazar de Téhéran était en grève ce lundi 25 juin. Les commerçants ont manifesté dans les rues afin de protester contre la crise économique et la chute de la monnaie iranienne, le rial.

Les rues de Téhéran ont été envahies par les manifestants ce lundi. Les commerçants du Grand Bazar de la ville ont fermé leurs échoppes. Ce contretemps intervient dans un mouvement de protestation contre la dépréciation continue de la monnaie iranienne. 

Le chef du conseil central d'administration du Bazar de Téhéran, Isna Abdollah Esfiandari, s'est exprimé sur cette crise auprès de l'AFP. Selon lui, les marchands "protestent contre le taux de change élevé, la fluctuation des devises étrangères [...] le blocage des marchandises à la douane et le manque de critères clairs pour le dédouanement, et le fait que, dans ces conditions, ils ne peuvent pas prendre de décisions, ni vendre leurs biens. Les exigences des commerçants du Bazar sont légitimes, ils veulent que la situation du marché des changes soit clarifiée une fois pour toutes. Nous espérons que l'on va se pencher sur leurs problèmes et que demain [mardi], le Bazar pourra retrouver une activité normale".
La monnaie iranienne, le rial, a perdu près de 50% de sa valeur en six mois. Un dollar s'échange autour de 85 000 rials sur le marché parallèle. Les clients ont deserté les magasins à cause de la hausse impressionnante des prix. 
Dans ce climat de tension, des échauffourées ont éclaté en milieu d'après-midi entre des dizaines de jeunes et les forces de l'ordre dans le centre de la capitale. Ces incidents sont intervenus dans la zone près du Parlement. Des policiers anti-émeute ont utilisé des gaz lacrymogènes au croisement des avenues Ferdowsi et Jomhouri, dans le centre de Téhéran. Ils ripostaient à des jets de pierres et de différents projectiles devant des dizaines de jeunes. Les manifestants se sont dispersés lors de l'action des policiers. 
Le match Iran – Portugal de ce soir, dans le cadre de la Coupe du monde, pourrait également avoir une influence sur la jeunesse iranienne. La soirée pourrait être émaillée par de nombreux incidents en cas de lourde défaite et d'élimination de l'équipe d'Iran. La rencontre sera diffusée depuis le stade d'Azadi de Téhéran. Les femmes  iraniennes peuvent d'ailleurs à nouveau assister à la retransmission depuis le stade de Téhéran. Le régime a fait le choix de l'ouverture dans le cadre de cette compétition organisée cette année en Russie. 
Les autorités estiment que les sanctions américaines sont responsables de cette situation. Les autorités ont multiplié les appels à l'unité face à ce qui est considéré comme une guerre économique initiée par Washington contre l'Iran.  
Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !