Interview du 14 juillet : les réactions politiques à l'intervention de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Interview du 14 juillet : les réactions politiques à l'intervention de François Hollande
©Reuters / Stéphane Mahe

Mal aimé

Interview du 14 juillet : les réactions politiques à l'intervention de François Hollande

"Indécent exercice d'auto satisfaction" pour Marine Le Pen, "une impasse" pour François Fillon, "extraterrestre" pour Roger Karoutchi…

S'il est encore un peu tôt pour déterminer si François Hollande a su convaincre les Français, il n'a, en revanche, pas rassuré ses adversaires qui se sont livrés à une véritable pluie de critiques, après son interview du 14 juillet.

A droite, François Fillon clame toute sa déception dans un communiqué : "j’attendais du président de la République qu’il éclaire les Français sur les initiatives urgentes qu’il convient de prendre pour sauver l’Union Européenne affaiblie par le Brexit" affirme l'ancien Premier ministre. "Il s’est contenté de commenter l’événement comme le spectateur passif qu’il est depuis quatre ans sur la scène. Commencé par une imposture, ce quinquennat se termine dans une impasse." De son côté, nadine Morano s'est montrée toute aussi véhémente : "j'ai vu un Président en fin de course, qui a perdu toute sa crédibilité" explique-t-elle sur BFMTV.

Du côté du Front national, les critiques n'en sont pas moins féroces. "François Hollande a définitivement perdu toute hauteur de vue, toute capacité à incarner sa mission" juge Marine Le Pen dans un communiqué. "François Hollande s'est en effet livré à un indécent exercice d'auto satisfaction (...) Le président de la République a passé plus de temps à réagir à la bataille d'égos qui agite son gouvernement ou aux mensonges insupportables de sa «République exemplaire» qu'à répondre aux préoccupations réelles des Français."

Enfin, l'extrême-gauche se montre tout aussi hostile au discours présidentiel, comme le souligne le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !