Inde : 180 millions de salariés entrent en grève | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Inde : 180 millions de salariés entrent en grève
©Edgard Garrido / Reuters

Fracture sociale

Inde : 180 millions de salariés entrent en grève

Les syndicats indiens ne sont pas d'accord avec la politique économique de Narendra Modi.

Ca n'arrive pas qu'en France. Une grève qui devrait rassembler 180 millions d'ouvrier et de salariés commence ce vendredi 2 septembre en Inde, après un préavis déposé mercredi. Un appel à la grève lancé par 10 des plus grandes centrales du pays, qui réunissent les ouvriers et salariés de nombreux secteurs. 

"Les ports, l'aviation civile et des secteurs essentiels comme le transports, les télécom et la banque seront paralysés. Il y aura également une grève dans les hôpitaux et les centrales électriques, mais leur fonctionnement ne sera pas affecté", a déclaré SP Tiwari, secrétaire du comité de coordination syndical. 

L'intersyndicale a présenté une liste de 12 revendications, dont une augmentation du salaire minimum et des retraites, plus d'investissement public, plus de protectionnisme, et une couverture sociale universelle pour tous les travailleurs. 

Le gouvernement a promis d'étudier les revendications syndicales. "Depuis un an et demi, le comité interministériel a rencontré les prinicpaux syndicats, et le gouvernement a pris certaines décisisions [...] sur la base de leurs recommandations," a déclaré Arun Jaitley, le ministre des Finances.  

Depuis ce matin, les transports en commun sont paralysés dans certaines villes indiennes, et à certains endroits il y a eu des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre. La dernière grève de cet ordre avait coûté 4 milliards de dollars à l'économie indienne, et alors que de nombreux indiens n'ont pas l'impression de profiter de la croissance impressionnante de l'économie indienne.

Lu sur Quartz India

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !