Impôt sur le revenu : 10% de foyers supplémentaires imposables en 2013 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Impôt sur le revenu : 10% de foyers supplémentaires imposables en 2013
©Reuters

Bad news

Impôt sur le revenu : 10% de foyers supplémentaires imposables en 2013

C'est l'effet du gel du barème sur le revenu décidé par le gouvernement Fillon, fin 2011. Les classes populaires seront les premières victimes.

Le gel du barème de l'impôt sur le revenu décidé par le gouvernement Fillon fin 2011 continue à produire ses effets. En 2013, entre 1,2 million et 1,6 million de foyers supplémentaires vont payer l'impôt sur le revenu, soit une augmentation de 10% par rapport à 2012, affirme L'Opinion. Les classes populaires sont touchées de plein fouet. L'effet est dévastateur, explique L'Opinion, puisque «lorsqu'un foyer bascule dans l'impôt sur le revenu du fait d'une augmentation de son revenu fiscal de référence, il devient éligible à une douzaine de nouvelles taxes»

Selon le journal libéral, les députés sont en possession de deux estimations: une basse qui table sur 1,2 million de nouveaux foyers assujettis et une fourchette haute qui prévoit 1,6 million de nouveaux contributeurs. Mais pour l'heure, le gouvernement n'a pas confirmé ces chiffres.

Déjà en 2012, suite au gel du barême de l'impôt sur le revenu, 940.000 nouveaux foyers étaient devenus imposables.

De fait, avec cette décision, le barème de l'impôt des foyers fiscaux reste le même d'une année sur l'autre et ne prend donc pas en compte l'inflation (+ 2% en 2012, selon l'Insee). Alors qu'auparavant, les seuils des tranches du barème d'imposition étaient réévalués tous les ans pour tenir compte de l'évolution du coût de la vie.

Ces chiffres sont avancés au lendemain d'une journée de confusion au sommet de l'État à propos de la «pause fiscale», promise pour 2014 par François Hollande mais qui ne serait «effective» qu'en 2015 selon Jean-Marc Ayrault.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !