Immobilier : un Français doit gagner 4 569 euros par mois pour devenir propriétaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Immobilier : un Français doit gagner 4 569 euros par mois pour devenir propriétaire
©

Crise du logement

Immobilier : un Français doit gagner 4 569 euros par mois pour devenir propriétaire

La France est le 26ème pays de l'Union européenne en termes d'accès à la propriété.

Selon une étude Empruntis.com, devenir propriétaire en France coûte en moyenne 220 837 euros (+10 000 euros en un an). "Avec la disparition des aides à l'acquisition comme le prêt à taux zéro, les jeunes ont de moins en moins accès à la propriété (...) En 2013, 20% des Français répondaient aux conditions bancaires pour acquérir un bien immobilier, mais par crainte de l'avenir, ils n'ont pas acheté", explique Maël Bernier, directrice de la communication d'Empruntis.

Le revenu net moyen du futur propriétaire s'établit désormais à 4 569 euros, soit 800 euros de plus qu'en 2004, année de la première étude de ce genre. Moins de 20% des Français perçoivent une telle somme chaque mois. Conséquence logique : l'âge moyen des acquéreurs a, lui aussi, augmenté pour atteindre 37 ans (+3 ans). "Si vous n'êtes pas déjà propriétaire ou si vous n'avez pas hérité, c'est compliqué", commente Maël Bernier.

Près de deux tiers des Français sont actuellement propriétaires d'un bien immobilier. Un total qui fait de la France le 26ème pays de propriétaires sur les 28 de l'Union européenne. Loin, très loin, de la Roumanie, un pays dans lequel 96,6% de la population a atteint la propriété. Suivent la Croatie (92,1%), l'Espagne (82,7%) et l'Italie (72,9%). Seule consolation- et elle est maigre - pour l'Hexagone : le classement déplorable de l'Allemagne, bonne dernière avec 53,4% de propriétaires.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !