Herschel : le plus grand télescope envoyé dans l'espace est désactivé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le télescope Herschel n'est plus en activité
Le télescope Herschel n'est plus en activité
©ESA/PACS & SPIRE consortia, A. Rivera-Ingraham & P.G. Martin

Fin de parcours

Herschel : le plus grand télescope envoyé dans l'espace est désactivé

A court d'hélium nécessaire à son refroidissement, le télescope Herschel a été mis à la retraite à tout jamais, en orbite autour du Soleil.

L'hélium est un gaz rare et précieux. Le monde entier en manque, et même le Congrès américain s'en inquiète. Et c'est la raison pour laquelle le télescope Herschel a été désactivé. En effet, lundi, l'Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé la fin de parcours du plus grand télescope jamais envoyé dans l'espace. Il avait été lancé en mai 2009 pour étudier la formation des étoiles. "Herschel a été éteint, mais ça n'est pas une surprise puisque c'était programmé (...) Il n'y a plus de liquide cryogénique à bord donc il se réchauffe, et à partir du moment où il se réchauffe il devient inutile. Donc on a éteint le transpondeur de Herschel", a déclaré le directeur général de l'ESA, Jean-Jacques Dordain, en marge d'une conférence de presse au salon du Bourget, près de Paris.

Certes, le satellite avait déjà été mis en veille depuis le 29 avril, après l'évaporation totale des quelque 2 300 litres d'hélium indispensable pour refroidir ses instruments à un niveau proche du zéro absolu (-271° C). Mais cela n'empêchait pas l'engin spatial de continuer sa vie dans l'espace. Il continuait en effet à servir aux ingénieurs de l'ESA pour tester différentes techniques, logiciels et manœuvres qui ne sont habituellement pas tentées sur des satellites en activité, de peur de les mettre en danger. Les enseignements qui en seront tirés pourront ainsi servir à des missions futures, comme Exomars.

Au cours de son existence, le télescope Herschel a permis d'enregistrer plus de 25 000 heures de données riches d'informations sur la naissance des étoiles et la formation des galaxies.

 


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !