Grève des contrôleurs aériens : 40% des vols annulés pour mercredi 8 avril | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
En raison de la grève des contrôleurs aériens, 40% des vols annulés pour mercredi 8 avril.
En raison de la grève des contrôleurs aériens, 40% des vols annulés pour mercredi 8 avril.
©REUTERS/Greg Wood/Pool

Mauvaise nouvelle

Grève des contrôleurs aériens : 40% des vols annulés pour mercredi 8 avril

La SNCTA, premier syndicat des contrôleurs aériens, a appelé à une grève de 48 heures pour réclamer des négociations sur l'organisation du travail et le recul à 59 ans de l'âge limite de départ à la retraite des aiguilleurs du ciel.

Les vacances de Pâques commencent mal. La SNCTA, premier syndicat des contrôleurs aériens, a appelé à une grève de 48 heures pour réclamer des négociations sur l'organisation du travail et le recul à 59 ans de l'âge limite de départ à la retraite des aiguilleurs du ciel. Aussi, afin de limiter les désordres, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé ce mardi 7 avril aux compagnies aériennes d'annuler préventivement 40% de leurs vols pour la journée du 8 avril. Assujettis au service minimum, les contrôleurs aériens peuvent être réquisitionnés afin d'assurer au minimum 50% du trafic.

"Des perturbations sont attendues sur l'ensemble du territoire", a prévenu dans un communiqué la DGAC qui "invite les passagers à s'informer auprès de leur compagnie aérienne". Les conséquences sur le trafic de jeudi 9 seront connues demain en fin de matinée.

D'autres préavis de grève ont aussi été déposés pour les périodes du 16 au 18 avril et du 29 avril au 2 mai, soit en pleine période de vacances scolaires. La SNCTA avait d'abord prévu une grève pour les 26 et 27 mars mais l'avait annulé en raison du crash, deux jours plus tôt, de l'Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes de Haute-Provence, qui avait fait 150 morts. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !