Gilad Shalit est libre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Gilad Shalit est libre
©

Retour au bercail

Gilad Shalit est libre

Après cinq ans de détention, le soldat franco-israélien a été transféré de Gaza en Israël, en échange de plus d'un millier de prisonniers palestiniens.

La fin du calvaire. Gilad Shalit a été libéré mardi 18 octobre au matin et est rentré en Israël peu avant 11h. "Je me sens en bonne santé", a déclaré en hébreu le caporal, ajoutant qu'il "espère que cet accord aidera à réaliser la paix entre les deux camps, Israël et les Palestiniens". 

Gilad Shalit a d’abord fait le chemin de Gaza vers l’Égypte, où un officier israélien devait l’examiner et vérifier qu’il était en bonne santé. Gilad Shalit devait être accueilli sur la base aérienne de Tel Nofau sud d’Israël par les dirigeants du pays dont le premier ministre Benjamin Netanyahu, avant de retrouver ses parents Noam et Aviva qui ont quitté ce matin le bourg familial de Mitzpe Hila, au nord d'Israël. Les autorités israéliennes ont promis une "réception discrète en respectant les besoins du soldat et de sa famille".

Les premières images et la première interview de Gilad Shalit ont été diffusées, notamment par BFM-TV :

C'est la fin de cinq ans d’annonces démenties, de négociations interrompues, d’espoirs déchus, l’accord signé mardi dernier par le Hamas et le gouvernement israélien a permis la libération de Gilad Shalit, près de 2000 jours après son enlèvement en marge de la bande de Gaza en juin 2006.

En échange de leur soldat, les Israéliens se sont engagés à libérer environ un millier de prisonniers palestiniens, dont 477- majoritairement des condamnés à perpétuité et 27 femmes – seront de retour dès mardi dans les territoires palestiniens. Les autres doivent rentrer dans deux mois. Trois convois transportant 133 prisonniers palestiniens originaires de la Cisjordanie ont quitté deux prisons israéliennes en bus. Les détenus seront relâchés au barrage de Beitounia, près de Ramallah. Un autre convoi de 147 prisonniers se dirige lui vers le terminal frontalier de Kerem Shalom.

Les convois étaient placés sous haute surveillance policière. Des militants d’extrême-droite israéliens ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de s’allonger sur la route pour dénoncer l’accord signé entre le Hamas et Israël, à leurs yeux injuste. Gaza attend ses "héros" place de la Katiba où une grande estrade a été dressée pour célébrer leur retour. 

Lu sur Liberation.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !