Tron : "la question de ma démission se pose" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Tron : "la question de ma démission se pose"
©

Sursis

Tron : "la question de ma démission se pose"

Georges Tron ne veut pas devenir gênant pour le gouvernement, mais continue de nier catégoriquement toute agression sexuelle.

[Mis à jour le 28 mai à 10h30]

George Tron estime que "la question de [ma] démission se pose" après les deux plaintes déposées contre lui pour "agression sexuelle". Dans Le Parisien. le secrétaire d'Etat à la Fonction publique confie qu'il ne veut pas "devenir gênant" pour le gouvernement, mais confirme qu'il n'aura aucun mal à "pouver [sa] bonne foi" en qualifiant les accusations qui pèsent contre lui de "fantaisistes". Il se dit d'ailleurs "extraordinairement serein".

Georges Tron se serait entretenu avec François Fillon qui ne lui a pas demandé de démissionner mais "d'évaluer" sa situation personnelle.

[Mis à jour le 26 mai à 13h30]

Les deux femmes qui ont porté plainte contre Georges Tron se sont confiées, respectivement au Parisienet à Europe 1. Toutes deux évoquent des attouchements aux pieds, puis aux seins, mais pas d'acte sexuel. Elles évoquent à mots couverts du chantage. L'une de dit "anéantie" ; l'autre veut que "Georges Tron se sente coupable".

[Mis à jour le 26 mai à 13h00]

Marine Le Pen a réagi, ce jeudi sur RFI, aux propos de Georges Tron qui mettait en cause le FN dans la plainte déposée contre lui par deux anciennes salariées de sa mairie de Draveil, au terme de laquelle une enquête préliminaire pour "agression sexuelle" et "viol" a été ouverte.

La présidente du FN annonce qu'elle poursuit le secrétaire d'Etat à la fonction publique pour "diffamation". Elle a expliqué qu'elle ne laissera pas salir sa réputation pour sauver celle de M. Tron.

[Mis à jour à 15h20]

L'avocat de Georges Tron a annoncé que son client allait porter plainte contre les deux anciennes employées de la mairie de Draveil pour "dénonciation calomnieuse".

[Le 25 mai]

Le Parisien affirme que le secrétaire d'Etat à la fonction publique Georges Tron est poursuivi pour harcèlement sexuel par deux anciennes employées de la mairie de Draveil (Essonne) :

"Sous couvert de réflexologie (massage thérapeutique des pieds), Georges Tron se serait permis de leur caresser les pieds en toutes circonstances. Des «massages» qui se sont transformés, selon les plaignantes, en véritables agressions sexuelles."

L'intéressé, qui juge ces accusations délirantes, pointe du doigt l'avocat des deux plaignantes, Gilbert Collard :

"J'observe que cela vient de Me Gilbert Collard, qui est un proche de Marine Le Pen, avec laquelle je suis en conflit depuis des mois."

Le parquet d'Evry a confirmé jeudi matin l'existence de ces plaintes.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !