Gabriel Garcia Márquez, prix Nobel de littérature, est mort à 87 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gabriel Garcia Márquez, prix Nobel de littérature, est mort à 87 ans
©

Décès

Gabriel Garcia Márquez, prix Nobel de littérature, est mort à 87 ans

L’auteur de Cent ans de solitude s’est éteint ce jeudi à son domicile de Mexico, en compagnie de son épouse et de ses deux fils.

L’auteur de Cent ans de solitude est mort. Gabriel Garcia Marquez s’est éteint ce jeudi à son domicile de Mexico à 87 ans, en compagnie de son épouse et de ses deux fils. Il était dans un état de santé fragile depuis quelques semaines. Le 8 avril, il était sorti de l’hôpital après y être resté huit jours à cause d’une pneumonie.

Gabriel Garcia Marquez est né le 6 mars 1927 dans le village d’Aracatata, sur la côte caribéenne de la Colombie. Fils d’un télégraphiste, il est élevé par ses grands-parents et ses tantes. Son enfance exotique a inspiré toute son œuvre faite de contes, légendes et romans. Cent ans de solitude, traduit en 35 langues a été vendu à plus de 30 millions d'exemplaires. Fresque historique et littéraire, ce livre, qui lança en 1967 le début de la notoriété internationale de Gabriel Garcia Marquez, retrace la saga tourmentée d'une famille de Macondo, village imaginaire des Caraïbes, aux XIXe et XXe siècle. "Mille ans de solitude et de tristesse pour la mort du plus grand Colombien de tous les temps", a annoncé ce jeudi le président colombien Juan Manuel Santos sur son compte Twitter en référence à au chef d'œuvre.

L’écrivain a reçu le prix Nobel de littérature en 1982. L’académie a salué une œuvre "où s'allient le fantastique et le réel dans la complexité riche d'un univers poétique reflétant la vie et les conflits d'un continent". Dans son discours de remerciement, Gabriel Garcia Marquez avait exprimé sa volonté de décrire une "réalité qui n'est pas de papier".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !