Fusillade dans la Somme : Ce que l'on sait de l'affaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Fusillade dans la Somme : Ce que l'on sait de l'affaire
©Reuters

Lourd bilan

Fusillade dans la Somme : Ce que l'on sait de l'affaire

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a qualifié cette attaque d'"absolument dramatique" et exprimé sa "compassion à l'égard de la famille qui a été décimée par ce tueur".

Une fusillade a éclatée le 25 août à Royes dans la Somme et fait 4 morts dont un bébé de 6 mois. Deux personnes ont été blessées dont un enfant de 3 ans, qui serait sorti du bloc opératoire sans que son pronostic vital ne soit engagé.

Selon les premières informations il s'agirait d'un règlement de compte. Les premiers coups de feu auraient été tirés vers 16h30 sur un camp de gens du voyage situé près de l'A1. Une deuxième fusillade aurait ensuite éclatée à l'arrivée des gendarmes faisant un blessé grave et un mort parmi les effectifs déployés.

Alors que l'affaire était relayée par les médias dans la soirée, des journalistes s'étant rendus sur les lieux de la fusillade ont été agressés. "Quand on a sorti la caméra, on a été coursé, on a été invectivé et menacé de violences", a expliqué un journaliste de France 3 Picardie. Des journalistes d'Europe 1 et RTL ont également été frappés. Lionel Gougelot (Europe 1) a indiqué sur son compte Twitter avoir une cote cassée et un doigt fracturé.

Le camp a été évacué par les gendarmes venus sécuriser le périmètre avec des chiens, mais les gens du voyage réclameraient activement de pouvoir rentrer chez eux. L'adjoint au maire de Roye a spécifié qu'un véhicule aurait même tenté de forcer l'un des barrages mis en places par les autorités.

L'auteur présumé des tirs a lui aussi été blessé et serait encore en observation. Les circonstances de ce drame restent encore inconnues, mais une enquête est en cours. Plusieurs personnalités politiques ont régi face à la violence de cette fusillade. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve  a qualifié cette attaque d'"absolument dramatique", exprimant  sa "compassion à l'égard de la famille qui a été décimée par ce tueur".

De son côté, l'Elysée a annoncé que "le président de la République tient à saluer le courage et l'engagement des forces de la gendarmerie et leur apporte tout son soutien".

Lu sur France tv info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !