Fusillade à Copenhague : un mort et trois blessés dans un centre culturel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Fusillade à Copenhague : un mort et trois blessés dans un centre culturel
©Reuters

Fusillade

Fusillade à Copenhague : un mort et trois blessés dans un centre culturel

Un homme a ouvert le feu, lors d'un débat sur la liberté d'expression. La police parle d'un "attentat terroriste." Le caricaturiste Lars Vilk, présent au débat, aurait été la cible mais n'a pas été blessé.

Une fusillade a eu lieu à Copenhage au Danemark, à l'entrée du centre culturel Krudttønden à Østerbro, au nord du centre-ville historique de la ville. Un homme armé aurait tenté d'y pénétrer mais face aux détecteurs de métaux, il aurait finalement sorti son arme et tiré. Les policiers ont alors répliqué mais l'homme a pu s'enfuir. La police pensait dans un premier temps avoir à deux hommes mais estime désormais qu'il n'y avait qu'un seul assaillant.

Selon un communiqué officiel,  le tireur est "un homme de 25-30 ans, d'environ 1,85 m, de corpulence athlétique et d'apparence arabe, mais avec une peau plus claire que la normale et avec les cheveux noirs et raides." Le suspect a été abattu dimanche matin par des policiers.

Une personne de 40 ans est morte, selon les autorités, et trois policiers, qui protégeaient le site, sont blessés mais leurs jours ne sont pas en danger. La police a lancé un appel à témoin après que la voiture du suspect a été retrouvée dans le même quartier. Selon les autorités, il s'agirait bien d'un attentat terroriste.

"Tout indique que l'attaque à l'arme à feu était une tentative d'assassinat politique, et donc un acte de terrorisme" a expliqué la Première ministre du Danemark Helle Thorning-Schmidt.





Dans un communiqué, l'Elysée parle d'un "attentat" et précise que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendra sur place "dans les meilleurs délais." L'évènement était un débat ayant pour thème  "art, blasphème et liberté d'expression", en hommage à Charlie Hebdo.

Parmi les invités de l'évènement, se trouvait Lars Vilk, auteur suédois d'une fameuse caricature de Mahomet qui avait déclenché un tollé dans le monde musulman en 2007. L'homme était menacé et avait déjà été agressé depuis cet épisode. Il aurait été la cible des assaillants lors de cette attaque. Selon l'agence de presse danoise Ritzau, il serait vivant. Comme Charb, l'homme faisait partie des cibles des terroristes d'Al Qaïda.

L'amabassadeur de France François Zimeray était aussi présent mais n'a pas été blessé. "Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a-t-il déclaré à l'AFP, juste après les coups de feu. "Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre", raconte-t-il.


Le caricaturiste Lars Vilk

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !