François Fillon : "Je suis le seul qui ait autre chose à proposer à la France qu'un écran de fumée ou un statu quo déplorable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "Je suis le seul qui ait autre chose à proposer à la France qu'un écran de fumée ou un statu quo déplorable"
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Offensif

François Fillon : "Je suis le seul qui ait autre chose à proposer à la France qu'un écran de fumée ou un statu quo déplorable"

En meeting à Provins ce mercredi soir, le candidat Les Républicains a martelé que sa détermination était intacte.

Au lendemain du grand débat présidentiel, François Fillon a tenu un meeting à Provins, en Seine-et-Marne, ce mercredi soir. Le candidat Les Républicains, toujours distancé dans les sondages, a martelé qu’il ne céderait pas et que sa détermination était intacte, comme le rapporte un article du Figaro. "On me demande souvent comment je tiens: grâce à vous, à votre présence, à votre engagement", a-t-il soutenu. "J'entends des commentaires un peu méprisants sur cette campagne si difficile: “Est-ce qu'il arrive encore à faire campagne?” Mais soir après soir, les salles sont pleines, les élus sont là, ceux qui étaient là au premier jour, ceux qui ont pu douter de ma candidature et on peut comprendre compte-tenu de la quantité de boue qui s'est abattue sur moi. Pendant deux mois et demi, ils ont tapé tous les jours! Et je suis encore là."

L’ancien Premier ministre, aux côtés de Christian Jacob, a notamment fustigé ses deux principaux adversaires, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. "De tous les candidats, je suis le seul qui ait autre chose à proposer à la France qu'un repli suicidaire, un écran de fumée ou un statu quo déplorable. Je suis le seul qui ait un cap".

Ciblant particulièrement Macron, il enchaîne. "Certains s'improvisent candidat par opportunisme, voyant la France à terre et le pouvoir à prendre. A moins qu'ils ne soient que les prête-nom d'un socialisme qui a compris que pour rester aux affaires, il devait avancer masquer",  évoquant "un programme attrape-tout où il y a beaucoup d'habileté marketing mais bien peu de conviction claire".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !