Filière djihadiste dans le Val-de-Marne : quatre membres supposés arrêtés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Filière djihadiste dans le Val-de-Marne : quatre membres supposés arrêtés
©

Anti-terrorisme

Filière djihadiste dans le Val-de-Marne : quatre membres supposés arrêtés

Agés de 22 à 35 ans, ils ont été interpellés mardi par les enquêteurs de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Nouveau coup de filet dans les filières djihadistes en France. Au début de l'année en région parisienne, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avait interpellé plusieurs personnes se revendiquant de l'islamisme radical. Mais ce vendredi, on apprenait qu'une nouvelle opération de grande envergure avait eu lieu en début de semaine. En effet, ce mardi, cette même DCRI a arrêté quatre hommes de 22 à 35 ans dans le Val-de-Marne. Des interpellations qui interviennent dans le cadre du démantèlement d'une filière djihadiste vers la Syrie, a appris vendredi l'AFP de source proche du dossier.

L'agence de presse précise que le leader présumé de cette filière est un homme de 24 ans. Il a été arrêté à Vitry-sur-Seine alors qu'il était en contact avec "des facilitateurs" dans la zone, a précisé la source. Les trois autres personnes ont été interpellées à Cachan et Thiais. L'enquête menée par la DCRI permettrait d'affirmer que deux de ces quatre personnes au moins se sont rendus en Syrie pour combattre dans les rangs de la brigade islamiste du Front al-Nosra. Un temps soupçonnée, une femme a été arrêtée avant d'être relâchée.

Les quatre hommes devaient être présentés vendredi soir au juge d'instruction en charge de l'enquête. Un magistrat spécialisé devait ensuite décider de les placer ou non en détention. Les investigations devront notamment établir combien de candidats au djihad vivant en France se sont rendus en Syrie grâce à cette filière car plusieurs seraient toujours sur place.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !