Explosion d’une mine de charbon en Turquie : au moins 205 morts, 3 jours de deuil national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Explosion d’une mine de charbon en Turquie : au moins 205 morts, 3 jours de deuil national
©

Drame

Explosion d’une mine de charbon en Turquie : au moins 205 morts, 3 jours de deuil national

Mardi après-midi, une explosion dans une mine de charbon turque a tué au moins 205 mineurs. Des centaines d'autres seraient encore bloqués sous terre et l'espoir de les retrouver vivants s'amenuise.

200 mineurs tués, des centaines d’autres toujours bloqués dans la mine : le premier bilan fait par le ministre turc de l’Energie après l’explosion survenue mardi, dans le puit d'une mine de charbon, dans la province de Manisa, à l’ouest de la Turquie, est dramatique.

L'accident s'est produit à 2 km de profondeur et à une distance de quatre kilomètres de l'entrée de cette mine, aux environs de 14h30, heure locale.

Quelques 200 autres mineurs seraient encore ensevelis sous les décombres, malgré les efforts des secouristes ; environ 50 personnes auraient pu être extraites. Selon des médias locaux, cités par lemonde.fr580 personnes se trouvaient dans la mine au moment de l'explosion ; une grande majorité d’entre-eux ont réussi à s’échapper, mais une autre partie restait inaccessible, coincée dans une poche isolée.

"Notre priorité est d'atteindre nos employés sous terre, a déclaré à la presse le ministre de l'Energie, Taner Yildiz. Quatre équipes de sauveteurs travaillent dans la mine. Le feu crée des problèmes mais de l'oxygène est injecté dans les puits qui n'ont pas été touchés."

Selon les premiers éléments de l’enquête, l'effondrement de la mine est dû à une explosion apparamment provoquée par un transformateur électrique. C’est ce qu’a expliqué laconiquement le gouverneur de la région à la chaîne NTV sans autre précision.

Le ministère turc du Travail a indiqué que la mine avait été inspectée pour la dernière fois le 17 mars dernier et qu'elle appliquait les normes en vigueur.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !