Une enseignante impose une minute de silence pour Mohamed Merah | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Une enseignante impose une minute de silence pour Mohamed Merah
©

Baillon

Une enseignante impose une minute de silence pour Mohamed Merah

Le syndicat SGEN affirme qu'elle était "suivie psychologiquement".

La scène a lieu ce vendredi matin. Il est 8 heures passées lorsqu'une professeur d'Anglais du lycée Gustave-Flaubert de Rouen, âgée de 56 ans, impose à ses élèves de Terminale S une minute de silence en mémoire de Mohamed Merah. Elle affirme alors que le lien entre le terroriste et Al-Qaïda a été "inventé par les médias et Sarko". Aussitôt, tous les adolescents, sauf six, quittent la salle en signe de protestation.

"Il est tout d'abord inapproprié de parler de cette affaire en cours d'anglais et, de plus, elle a soutenu des propos qui nous ont tous outré, voire choqué", ont déclaré les deux délégués de la classe concernée. La direction de l'établissement alerte très vite le rectorat, qui transmet la notification au Ministère de l'Education Nationale. Le ministre, Luc Chatel, réclame alors la suspension immédiate de l'enseignant et l'engagement d'une procédure disciplinaire face à "ce comportement inqualifiable".

L'un des élèves resté dans la salle a témoigné des excuses de la fonctionnaire, qui a précisé "qu'elle n'allait pas bien et allait peut-être prendre des congés". Le Syndicat général de l'Education Nationale (SGEN-CFDT) de Haute-Normandie a également précisé qu'il ne s'agissait pas "de l'acte politique d'une extrémiste, mais d'une collègue qui a des soucis de santé, qui est fragile et fait l'objet d'un suivi psychologique".

Lu sur LeFigaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !