Energie : un Français sur cinq peine à payer ses factures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Energie : un Français sur cinq peine à payer ses factures
©REUTERS/Marko Djurica

Grand froid

Energie : un Français sur cinq peine à payer ses factures

Selon l'Observatoire national de la précarité énergétique, 5,1 millions de foyers ont des difficultés pour se chauffer et s'éclairer.

Avec le retour de l'hiver, c'est un casse-tête pour de nombreuses familles qui va à nouveau se poser. Alors que les tarifs du gaz ont augmenté le 1er octobre de 3,9% en moyenne, payer ses factures pour se chauffer, mais aussi s'éclairer, va redevenir un geste difficile pour les Français. Ainsi selon un rapport l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), ils seraient plus de 11 millions, soient 5,1 millions de foyers, à se trouver en situation de précarité énergétique.

Une précarité que l'ONPE souhaiterait combattre grâce à l'instauration d'un chèque énergie, élargi à l'ensemble des moyens énergétiques. Pour le moment, ces tarifs sociaux sont limités au gaz et à l'électricité. Les modalités et le financement de cette nouvelle aide sont actuellement en discussion dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique à l'Assemblée nationale.

Jusqu'alors, le chiffre avancé concernant les foyers touchés par la précarité énergétique était de quatre millions. Entraient dans cette catégorie, les 8 millions de personnes qui consacrent 10% de leurs revenus à leur facture de gaz ou d'électricité. Une mauvaise définition de la précarité énergétique jugée trop approximative par l'ONPE. L'observatoire propose donc de combiner plusieurs indicateurs, comme le taux d'effort, le niveau de revenus, les comportements comme moins se chauffer pour faire des économies et le ressenti du froid. 

lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !