Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Ecart de langage

Emmanuel Macron s'agace contre ceux qui "foutent le bordel", tollé dans l'opposition

L'Elysée tente d'éteindre l'incendie après la sortie controversée du chef de l'Etat.

Voilà une séquence qui va rentrer directement dans l’armoire des polémiques d’Emmanuel Macron. Le président de la République était en visite mercredi en Corrèze, où il a été chahuté par des salariés de GM&S. Une délégation de l'équipementier de La Souterraine a en effet tenté d'interpeller le locataire de l’Elysée, de passage à Égletons pour parler de formation professionnelle. Les forces de l'ordre l'ont repoussée à l'aide de gaz lacrymogène et dans la confusion. Une situation qui a visiblement irrité l’exécutif.

Car des images tournées par BFMTV montrent ensuite une conversation entre Emmanuel Macron et Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine. Ce dernier évoque les difficultés de recrutement de l'usine d'Ussel (Corrèze) du fabricant de produits en aluminium Constellium. Réponse du chef de l’Etat : "Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux".

De Valérie Boyer à Clémentine Autain, en passant par Florian Philippot et Olivier Faure, l’opposition de droite comme de gauche n’a pas tardé à qualifier de mépris ces déclarations.. Face à la polémique naissante et aux réactions outrées, l’Elysée a pu compter sur…. son porte-parole, Bruno Roger-Petit, qui a dégainé sur Twitter : "citation tronquée sortie de son contexte. @EmmanuelMacron a rappelé que la recherche de solutions en matière d'emploi dépend de la responsabilité de tous les acteurs".

 

Lu sur Boursorama
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.