Emmanuel Macron demande à l'Allemagne et la BCE de faire plus pour la croissance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Emmanuel Macron veut "accélérer".
Emmanuel Macron veut "accélérer".
©Reuters

Offensif

Emmanuel Macron demande à l'Allemagne et la BCE de faire plus pour la croissance

Le ministre de l’Economie affirme également que la place de la Grèce est en Europe, faisant référence à des propos qu'auraient tenu Angela Merkel.

"C'est le moment d'accélérer". Emmanuel Macron hausse le ton. Dans un entretien accordé aux Echos, le ministre de l’Économie a déclaré que la place de la Grèce était dans la zone euro et que la BCE et l'Allemagne devait s'activer pour la croissance européenne. Des déclarations qui tranchent avec les récentes sorties outre-Rhin.

Pour la patron de Bercy, l'Europe a besoin de"politiques budgétaires plus intelligemment articulées, une Allemagne qui mène une vraie politique de et un volontarisme accru en matière d'investissements". Avant d'ajouter que si la France a "une responsabilité impérieuse de mener des réformes, l'Allemagne, de son côté, devrait investir bien davantage. Elle a une responsabilité impérieuse de le faire."

Mais l'homme fort de Bercy ne s’arrête pas là. Il prend également à parti la BCE et demande à cette dernière de "prendre des mesures offensives pour éviter que les anticipations d'inflation ne décrochent et pour soutenir les réformes qui sont menées pour favoriser la croissance". Evoquant une montée du populisme en Europe, il souligne que "c'est le moment d'accélérer. Pour des raisons économiques, mais aussi politiques".

Le ministre de l'Economie réaffirme également son souhait que la Grèce reste dans la zone euro, qui est "sa place", "quel que soit son gouvernement", a-t-il déclaré en référence aux élections législatives anticipées du 25 janvier qui pourraient voir triompher le parti de gauche radicale Syriza.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !