Emmanuel Macron : "La démocratie, ce n'est pas la rue" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Emmanuel Macron : "La démocratie, ce n'est pas la rue"
©ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

Un président ne devrait pas dire ça…

Emmanuel Macron : "La démocratie, ce n'est pas la rue"

Interrogé sur CNN mardi 19 septembre, Emmanuel Macron est revenu sur les manifestations contre la réforme du Code du travail, sa relation avec Donald Trump et son couple. Il a également taclé les médias français, qu'il juge "narcissiques".

"La démocratie, ce n'est pas la rue", a lancé Emmanuel Macron lors de sa première interview internationale accordée à la chaîne américaine CNN. Une remarque qui intervient à la veille de la manifestation contre la réforme du Code du travail. "Si je respecte ceux qui manifestent, je respecte aussi les électeurs français, et ils ont voté pour le changement". Lorsque la journaliste américaine Christiane Amanpour l'interroge sur la baisse de sa cote de popularité dans les sondages, le chef de l'Etat répond : "Au début du mandat, vous avez un capital politique, vous devez vous en servir (...) Vous faites face à une résistance, à des gens mécontents".

La journaliste a surtout été intéressée par la relation qu'il entretient avec le président des Etats-Unis, Donald Trump. S'il a affirmé être "très très très copain" avec ce dernier, Emmanuel Macron a rappelé qu'il n'était pas toujours en accord avec le président américain. "Notre premier désaccord concerne le climat. Je respecte son choix de se retirer de l'accord de Paris, même si je regrette sa décision", a-t-il déclaré, affirmant sa volonté de "convaincre" Donald Trump d'y revenir. Un point qu'il avait déjà mentionné lors de son premier discours à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

Brigitte, "c'est mon point d'ancrage"

Un autre sujet passionne également les téléspectateurs américains : le couple d'Emmanuel Macron. Brigitte, "c'est mon point d'ancrage". "Quelqu'un avec des convictions profondes, qui vous connaît pour ce que vous êtes, qui vous aime pour ce que vous êtes et pas pour ce que vous représentez, votre fonction et les honneurs", a-t-il expliqué. "L'amour fait partie de ma vie et de mon équilibre personnel", a précisé Emmanuel Macron, ajoutant que son mariage était "vraiment important".

"Pour mon équilibre personnel, avoir quelqu'un à la maison qui me dit la vérité, chaque jour (est primordial). L'accès à la vérité est l'un des plus grands défis" pour un chef de l'Etat, a-t-il insisté, confiant par ailleurs qu'il lui était "toujours difficile" de parler de son couple "car ça fait partie de [son] intimité".  

Les médias français "totalement narcissiques"

A l'issue de cette interview, le leader d'En Marche ! a donné une conférence de presse. Changement de ton face aux médias français. Interrogé par un journaliste de LCI qui lui demandait pourquoi il avait choisi de s'exprimer en priorité dans un média américain avant de s'adresser à un média français, Emmanuel Macron a répondu : "parce que, peut-être, les médias français s'intéressent trop à la communication et pas assez au contenu". Au passage, il a également remercié le journaliste "pour cette question de fond".  

"Je m'exprimerai devant les médias français. Mais quand je vois le temps passé depuis quatre mois à ne commenter que mes silences ou mes dires, je me dis que ça devient un système totalement narcissique", a estimé le président. "Je suis aux Nations unies et une journaliste a proposé de faire une interview sur ma politique diplomatique, je l'ai faite. J'ai donné plusieurs interviews à des médias français, au Point, au Figaro, à Ouest-France, entre autres. (…) Mais compte tenu de la gravité des sujets, parlons des défis de la planète et arrêtons de parler de manière circulaire de la communication", a-t-il conclu. 

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !