Edouard Philippe confirme des cessions de participations, mais dément des privatisations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Edouard Philippe confirme des cessions de participations, mais dément des privatisations
©JOEL SAGET

Précision

Edouard Philippe confirme des cessions de participations, mais dément des privatisations

Samedi, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait annoncé des privatisations dans les prochaines semaines.

Invité de l'émission "Questions politiques", diffusée sur France Inter ce dimanche, le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé que l'Etat allait "céder des parties de capitaux" qu'il détient dans des entreprises, mais il n'a pas utilisé le mot de "privatisations" prononcé samedi par son ministre de l'Economie Bruno Le Maire. ""Il est possible, il est même certain que nous allons céder des parties de capitaux, des participations que nous avons dans les entreprises", a-t-il indiqué. Ces cessions interviendront "au rythme et aux conditions les plus intéressantes pour l'Etat, pour alimenter des fonds qui serviront à financer l'innovation et la recherche", a-t-il ajouté.

Relancé pour confirmer que les entreprises ne seront pas forcément cédées à 100%, il a répondu: "Vous avez tout compris", sans toutefois donner donner le moindre chiffre sur les cessions prévues, ou sur leur date.

Ce samedi, Bruno Le Maire avait déclaré : "Je vais annoncer dans quelques semaines que nous allons privatiser certaines entreprises pour avoir de l'argent afin de financer l'innovation",  lors du forum The European House - Ambrosetti, en Italie. 

Aucun détail n'a pour l'instant été donné sur les entreprises qui pourraient être concernée, mais la Française des Jeux ferait partie des pistes étudiées.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !