Dieudonné : "Asu Zoa", une version allégée du "Mur" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Dieudonné : "Asu Zoa", une version allégée du "Mur"
©REUTERS/Stephane Mahe

Bis repetita

Dieudonné : "Asu Zoa", une version allégée du "Mur"

L'humoriste donnait à Paris les premières représentations de son "nouveau spectacle".

"Nouveau spectacle écrit en trois jours", Asu Zoa ("le visage de l'éléphant" en ewondo, un dialecte camerounais), de Dieudonné, était joué pour la première fois, lundi soir, au théâtre de la Main d'Or. Mais l'humoriste controversé n'a évidemment pas écrit une toute nouvelle pièce pour l'occasion et a, en réalité, servi à son public venu en nombre une version allégée du Mur, interdit de tournée en province la semaine passée.

Débarrassé de ses attaques les plus virulentes et polémiques, Le Mur a été autorisé de représentation par la préfecture de police, lundi, permettant à Dieudonné de le jouer deux fois dans la même soirée. Shoananasest devenue Fresh ananas, les références au maréchal Pétain sont implicites, le mot "Shoah" n'est plus prononcé et les chambres à gaz ne sont plus promises à Patrick Cohen, le journaliste de France Inter et France 5.

Alain Jakubowicz, le président de la LICRA, en prend toutefois pour son grade. Dieudonné l'incarne sur scène, racontant comment il a convoqué Manuel Valls à sept heures du matin dans son bureau. "Il est arrivé à 6 heures. En rampant. Je lui ai dit qu'aller voir un spectacle de Dieudonné était une atteinte aux droits de l'homme. Chaque rire dans ce spectacle ignoble est comme une balle", dit-il.

Le public semble ravi et les journalistes présents sur place affirment que les fans qui se sont déplacés n'avaient, pour certains, jamais vu l'humoriste sur scène. Les polémiques auraient donc, comme l'affirment certains, donner un formidable coup de pub à Dieudonné. Ce dernier, privé de son "tube" Shoananas effectue quand même sa sortie de scène en chanson. Sur l'air du Chant des partisans, le public entonne un François la sens-tu, qui se glisse dans ton cul, la quenelle.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !