Deux policiers agressés par une quinzaine de personnes dans un quartier sensible de Valenciennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Police
Police
©BERTRAND GUAY / AFP

Violence

Deux policiers agressés par une quinzaine de personnes dans un quartier sensible de Valenciennes

Les agents intervenaient pour mettre fin à un rodéo urbain selon la préfecture du Nord

"Michel Lalande, préfet du Nord, apporte son soutien total aux policiers qui ont fait l'objet d'une lâche agression cet après-midi à Valenciennes, ils intervenaient pour mettre fin à un rodéo urbain. Il condamne fermement ces actions dont la justice aura à connaître prochainement" a annoncé, hier dimanche, un message publié sur le compte officiel de la préfecture de la région Hauts-de-France et de la préfecture du Nord. 

À Valenciennes, deux policiers lynchés à la Briquette, la vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux. Ils ont été attaqués dimanche après-midi dans le quartier de la Briquette. L’un d’eux a été hospitalisé quelques heures et des vols ont été commis dans le véhicule de police raconte La Voix du Nord.

Selon Arnauld Boutelier, secrétaire général adjoint régional d’Alliance, le contrôle en police-secours effectué par les deux policiers dans le quartier « difficile » de la Briquette, a été « perturbé par une quinzaine d’individus venus à leur contact », et dont aucun n’avait été interpellé dans la soirée. « Les policiers ont été frappés et molestés, leur véhicule dégradé et du matériel volé », mais pas d’armes, a-t-il affirmé, accusant les agresseurs, qui ont pris la fuite avant l’arrivée de renforts, d’avoir voulu « se faire des policiers, les lyncher » lit-on sur le site de 20 Minutes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !