Gendarmes tuées : le suspect passe aux aveux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Gendarmes tuées : le suspect passe aux aveux
©

Drame

Gendarmes tuées : le suspect passe aux aveux

Le suspect arrêté plus tôt dans la nuit a avoué, lundi après-midi, qu'il était bien l'auteur des coups de feu qui ont tué les deux gendarmes, dans le département du Var.

Selon le procureur de Toulon, Xavier Tarabeux, l’homme de 30 ans, sorti de prison en septembre dernier après avoir purgé une peine de 6 mois, a reconnu les faits, lundi après-midi.

Deux femmes gendarmes de 29 et 35 ans ont été abattues dimanche soir au cœur du village de Collobrières, dans le département du Var, alors qu’elles intervenaient pour régler un différend, une première dans l'histoire de la gendarmerie française.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux gendarmes en poste à la brigade territoriale de Pierrefeu, située dans le même département, intervenaient seules, vers 23 heures, dans ce village de l'arrière-pays de Hyères, pour tenter de mettre fin à un différend ayant débuté dans la journée.

Un cambriolage intervenu dimanche après-midi serait au cœur du conflit. La personne cambriolée, croyant découvrir l'auteur après l'avoir croisé dans la journée avec un sac lui appartenant, aurait prévenu les gendarmes, qui se seraient ainsi présentées au domicile de la personne incriminée. Celle-ci aurait alors assommé une des militaires, pris son arme avant de l'abattre dans son appartement, puis de poursuivre la seconde et de la tuer en pleine rue, sur une placette du village. "Le tireur semblait alcoolisé", a précisé une source proche du dossier.

Peu avant 03H00, il était impossible d'entrer dans le village, bouclé, et la presse notamment était maintenue à distance, tandis qu'un hélicoptère équipé d'un projecteur survolait la zone.

L'une des victimes avait pour compagnon un gendarme de Salon-de-Provence. L'autre était la mère de deux petites filles de 5 et 13 ans. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, doit se rendre lundi matin dans ce village enclavé dans le massif des Maures

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !