Dette publique en France : elle atteint 91,7% du PIB | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La dette publique française augmente
La dette publique française augmente
©Reuters

Record

Dette publique en France : elle atteint 91,7% du PIB

Elle a augmenté de 36,5 milliards d'euros au premier trimestre.

Les records s'accumulent dans le mauvais sens pour la France. Ce vendredi, l'Institut national de la statistique et des études économiques, ou Insee, nous a appris que la dette publique française avait augmenté de 36,5 milliards d'euros au premier trimestre 2013 s'établissant, fin mars, à 1 870,3 milliards d'euros soit 91,7% du produit intérieur brut. Par rapport à la fin 2012, elle a augmenté de 1,5 point de pourcentage. En détails, la dette nette des administrations publiques s'élevait à 1.697,1 milliards d'euros fin mars, soit 83,3% du PIB, contre 82,4% fin 2012, en progression de 21,9 milliards sur trois mois, ajoute l'Insee. La dette de l'Etat a augmenté de 37,3 milliards d'euros sur le trimestre pour s'élever à 1.477,2 milliards, a précisé l'Insee dans un communiqué.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, François Hollande avait affirmé à l'issue de la première journée du sommet européen, que la France doit "tenir sa dépense publique en 2013". Une phrase qui était intervenue après la prévision négative de la Cour des comptes sur les risques de dérapages des déficits publics. Le président de la République avait alors jugé "prématuré d'avancer une évaluation du déficit 2013 puisque tout dépendra de l'évolution des recettes dans le second semestre.

"Si la croissance restait aussi faible, c'est-à-dire, si nous étions en légère récession, il est à craindre que nous ayons moins de recettes que prévu", a-t-il expliqué avant d'ajouter que "si les recettes rentraient moins bien faute de croissance dans le second semestre, les gels de dépenses qui ont été décidés se traduiraient en annulation de crédits".

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !