Dette grecque : des fonctionnaires italiens et espagnols menacés de prison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Dette grecque : des fonctionnaires italiens et espagnols menacés de prison
©REUTERS/Ronen Zvulun

Bisbille

Dette grecque : des fonctionnaires italiens et espagnols menacés de prison

L'Espagne et l'Italie menacent de bloquer l’accord conclu au sein de l’Eurogroupe si Athènes ne lève pas les poursuites judiciaires engagées contre leurs ressortissants.

En Grèce, le déni sur l'état des finances publiques est vivace, à tel point qu'Andreas Georgiou, l’ancien patron du service national des statistiques Elstat (2010-2015) est poursuivi, depuis juillet 2016, par la Cour suprême et risque 10 ans de prison pour avoir fait "du tort à l’intérêt national" en ayant résumé à la hausse le déficit budgétaire 2009 de la Grèce.

Trois fonctionnaires espagnols, italien et slovaque, détachés par leurs pays respectifs pour réaliser un rapport sur les dysfonctionnements du fonds de privatisation grec, font face à la même menace, relate l'Opinion. Le rapport "n’a visiblement pas plu aux autorités qui ont transmis le dossier à la justice, en 2015, en les accusant de « mauvaise foi »", indique le journal.

L'Espagne et l'Italie ont donc, jeudi, menacé de bloquer l’accord conclu au sein de l’Eurogroupe sur le versement d’une nouvelle tranche d’aide de 8,5 milliards d’euros, si les poursuites judiciaires engagées contre ces trois fonctionnaires ne sont pas levées.

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, a tenté de calmer le jeu vendredi en déclarant : "Le déboursement aura lieu et entre-temps, nous allons trouver une solution à ce problème qui est en effet un problème de principe qui ne peut pas rester en l’état."

Lu dans L'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !