Dette américaine : Barack Obama rejette le nouveau plan des républicains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Maison Blanche a rejeté le nouveau plan des républicains de la Chambre visant à relever le plafond de la dette des Etats-Unis.
La Maison Blanche a rejeté le nouveau plan des républicains de la Chambre visant à relever le plafond de la dette des Etats-Unis.
©Reuters

Bras de fer

Dette américaine : Barack Obama rejette le nouveau plan des républicains

Pour la Maison Blanche, ce plan sur un relèvement du plafond de la dette équivaut à une demande de "rançon".

Alors qu'on pensait que les négociations aboutiraient, c'est la douche froide. Mardi, la présidence américaine a rejeté le nouveau plan des républicains de la Chambre des représentants sur un relèvement du plafond de la dette. Barack Obama "a dit et répété que les membres du Congrès n'avaient pas à exiger de rançon pour assumer leurs responsabilités fondamentales de voter un budget et de payer les factures du pays", a expliqué une porte-parole de la Maison Blanche, Amy Brundage.

Selon elle, les dirigeants républicains de la Chambre ont élaboré cette proposition "pour plaire à un petit groupe de républicains du Tea Partyceux-là mêmes qui ont déclenché la paralysie de l'Etat" depuis le 1er octobre. Et de rappeler qu'il ne reste plus que deux jours avant le risque d'un défaut de paiement sans précédent des Etats-Unis sur leur dette souveraine, rapporte le site des Echos.

Plus tôt mardi, les républicains (majoritaires à la Chambre) avaient annoncé un vote sur un texte relevant la limite de la dette jusqu'au 7 février et rouvrant l'Etat fédéral jusqu'au 15 janvier. Mais ce texte modifiait en profondeur la réforme sur l'assurance-santé, mesure phare du premier mandat de Barack Obama.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !