Démission du président hongrois, accusé de plagiat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Démission du président hongrois, accusé de plagiat
©

Départ

Démission du président hongrois, accusé de plagiat

Décrédibilisé par des accusations touchant sa thèse de doctorat, Pal Schmitt a annoncé sa démission devant le Sénat.

"Puisque selon la constitution, la personne du président doit représenter l'unité de la nation hongroise, et que ma personne est malheureusement devenue synonyme de division, je sens que mon devoir est de me séparer de mon poste", a annoncé le chef de l’État devant les députés.

Convaincu de plagiat la semaine dernière, Pal Schmitt a vu son titre de doctorat annulé. L'hebdomadaire hongrois HVG avait révélé l'affaire début janvier en publiant des passages de sa thèse de doctorat sur les jeux Olympiques, qui est apparue comme une traduction mot-à-mot de l’expert bulgare Nikolaï Georgiev : "La reprise du travail du Bulgare Georgiev, sur 180 des 215 pages de la thèse de Pal Schmitt, relève du soupçon de plagiat", a estimé un comité universitaire.

Ce proche du Premier ministre Viktor Orban avait d’abord refusé de démissionner, jugeant qu'il n'y avait "pas de rapport"entre sa thèse et sa fonction de chef de l'État. En réaction, les Hongrois avaient manifesté vendredi et samedi pour réclamer le départ du président.

Viktor Orban avait refusé de se prononcer sur la légitimité d'une démission."C'est une décision que lui seul peut prendre", avait-t-il déclaré à la radio publique.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !