Déficit : Bruxelles demande à la France de le ramener à 2,8% du PIB en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Déficit : Bruxelles demande à la France de le ramener à 2,8% du PIB en 2015
©

Efforts

Déficit : Bruxelles demande à la France de le ramener à 2,8% du PIB en 2015

La Commission européenne met la France sous pression, en réclamant une baisse du déficit public, qui doit être inférieur à 3,6% du PIB en 2014 et 2,8% en 2015.

La Commission européenne a publié ces recommandations ce mercredi. Si la commission a accordé un répit à la France pour réduire son déficit et le ramener sous la barre des 3%, ce n'est pas sans attendre certaines contreparties. La France devra faire des efforts budgétaires progressifs.

Alors que la Commission européenne anticipait un déficit budgétaire de 3,9% en 2013 et de 4,2% en 2014, elle réclame maintenant que la France prenne soin de ne surtout pas excéder les 3,9% prévus cette année, pour ensuite le ramener à 3,6% en 2014 et tomber à 2,8% en 2015. En outre, elle demande à vérifier la crédibilité de l’ajustement budgétaire dès cet automne, " avec les mesures nécessaires en 2014".

Car les prévisions économiques qui envisagent un déficit pour 2014 à 4,2%, rendent inatteignable l'objectif d'un retour sous les 3% dès l'an prochain, et ce quelles que soient les mesures prises par les autorités françaises en ce sens, à noté la Commission. Cela prendra du temps.

Elle préconise de réduire la dépense publique à travers tous les postes de dépenses, comme prévu par le gouvernement, poursuivre la simplification de l'Etat à travers la future loi sur la décentralisation, et surtout prendre des mesures avant la fin de l'année pour réformer le système des retraites en vue d'assurer son équilibre en 2020.

La Commission Européenne demande aussi que la réforme des retraites soit engagée dès cette année afin d’assurer un financement de ces dernières en 2020 au plus tard. Elle a salué la la réforme sur le crédit d’impôt compétitivité et emploi, tout en précisant que cela ne suffisait pas et que les entreprises françaises ont besoin d’être davantage encouragées.

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !