D-Day : Nicolas Sarkozy mis à l'écart des caméras par l'équipe de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
D-Day : Nicolas Sarkozy mis à l'écart des caméras par l'équipe de François Hollande
©

Coucou

D-Day : Nicolas Sarkozy mis à l'écart des caméras par l'équipe de François Hollande

Nicolas Sarkozy, qui devait initialement être assis au côté de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, juste derrière François Hollande, est finalement placé dans un autre bloc d'invités, plus loin sur la droite, avec le gouvernement et les anciennes personnalités politiques françaises.

L'ancien président de la République est mis hors-champs. Alors que Nicolas Sarkozy devait être assis juste derrière François Hollande, il se retrouve finalement plus loin, entre Valéry Giscard d'Estaing et Edith Cresson, selon BFMTV.

Face au retour annoncé de Nicolas Sarkozy dans les médias ces derniers jours, François Hollande ne compte pas se laisser voler la vedette par son prédécesseur lors des commémorations du D-Day, qui ont lieu ce jeudi. D'autant plus que cette séquence internationale est censée lui redonner un peu de hauteur après ses deux sévères défaites électorales successives. Cette fois-ci, c'est le chef de l'Etat qui a lancé une bandrille, en adressant une mauvaise surprise à son rival.

Nicolas Sarkozy, qui devait initialement être assis au côté de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, juste derrière François Hollande, est finalement placé dans un autre bloc d'invités, plus loin sur la droite, avec le gouvernement et les anciennes personnalités politiques françaises. Il a à ses côtés l'ex-premier ministre Édith Cresson et VGE. Mais il n'est plus dans le champ de la caméra de François Hollande.

Un temps annoncé absent de ces célébrations pour "incompatibilité d'agenda", Nicolas Sarkozy avait finalement confirmé sa présence mardi. Selon le journaliste du Figaro Charles Jaigu, il devrait même répondre en direct à une ou deux questions sur «la paix» ou le "débarquement" en marge des cérémonies.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !