Crise à l'UMP : les premières réactions à l'annonce de la présidence collégiale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crise à l'UMP : les premières réactions à l'annonce de la présidence collégiale
©

Compromis

Crise à l'UMP : les premières réactions à l'annonce de la présidence collégiale

Le bureau politique du parti a entériné mardi l'installation d'un "triumvirat" composé d'Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon avec Luc Chatel pour secrétaire général.

Face à la menace d'une scission ; quoi de mieux qu'un compromis ? C'est ce que ce sont certainement dit ce mardi les dirigeants de l'UMP. Traversé par une crise interne suite aux mauvais résultats des élections européennes et aux révélations de l'affaire Bygmalion, le parti devait ce mardi trouvé un successeur au président démissionnaire Jean-François Copé. Après des heures de discussions, le bureau politique a donc adopté une situation de compromis : le triumvirat d'anciens Premiers ministres Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin prennent la direction provisoire de l'UMP. Doté de larges pouvoirs, cette troïka prendra ses fonctions le 15 juin, date effective du départ de Copé, et sera assisté dans sa tâche par le vice-président délégué sortant Luc Chatel au poste de secrétaire général.

Un choix voté à l'unanimité que Jean-François Copé juge être la "la formule" de "la sagesse". "L'esprit d'union a prévalu et je crois que c'était très important. Dans cette période que nous traversons, il était capital de penser d'abord à nos militants, à nos sympathisants et à tous les Français et les Françaises de droite, de centre-droit, qui partagent nos valeurs, nos combats et qui, naturellement, attendent de notre formation politique qu'elle soit rassemblée", a déclaré le député-maire de Meaux à l'issue de bureau politique décisif qui lance la période de transition qui mènera l'UMP à un congrès de refondation au mois de novembre

"Il y a eu un vote unanime sur une résolution qui précise le rôle, la place des anciens Premiers ministres, le calendrier, le périmètre de leur action qui est très important", a de son côté déclaré à Reuters le député Bernard Accoyer. A noter que des secrétaires généraux adjoints et un trésorier national seront nommés le 17 juin à l'initiative du triumvirat, lors d'un nouveau bureau politique. D'autres nominations seront actées "sans délai" pour assurer la transition.

Le "filloniste" Eric Ciotti s'est pour sa part félicité de la capacité du parti "à privilégier l'intérêt général" dans la tourmente. "Je suis très confiant. (...) Ce sont des hommes de vérité, des hommes d'intégrité, des hommes d'Etat", a-t-il assuré à l'issue de la réunion, tournant ainsi en creux la "page Copé". Quant à la nouvelle direction collégiale, elle ne s'est pas attardé devant les médias. "Seule une décision unanime nous permet de repartir de l'avant", a simplement indiqué Alain Juppé à la sortie de la réunion. "Une direction collégiale, un mandat clair, à l'unanimité : belle soirée pour l'UMP !", a twitté François Fillon. Jean-Pierre Raffarin c'est lui montré plus tranché : "L'UMP est sauvée".

Voici quelques autres réactions sur Twitter :

lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !