Covid-19 : la dette de la France grimpe à 118,2% du PIB à l'issue du premier trimestre 2021 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le siège du ministère de l'Economie et des Finances à Paris.
Le siège du ministère de l'Economie et des Finances à Paris.
©LOIC VENANCE / AFP

Impact de la pandémie

Covid-19 : la dette de la France grimpe à 118,2% du PIB à l'issue du premier trimestre 2021

La dette publique en France a augmenté sur un trimestre pour atteindre à la fin mars 2021 un niveau record. La progression de la dette est due « en partie » aux « mesures de soutien liées à la crise » sanitaire et au plan de relance économique, selon l'Insee.

La dette publique en France a augmenté sur un trimestre pour atteindre à la fin mars 2021 le niveau record de 118,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2 739,2 milliards d'euros, selon des chiffres dévoilés ce vendredi 25 juin par l'Insee. Cette progression est due « en partie » aux « mesures de soutien liées à la crise » du Covid-19 et au plan de relance économique, mais près de la moitié de cet endettement « alimente la trésorerie des administrations publiques », selon l’Insee.

Après avoir baissé de 23,7 milliards d'euros au quatrième trimestre 2020, la dette publique en France « augmente nettement » de 89 milliards d'euros au premier trimestre 2021.

Le gouvernement avait annoncé fin mai que la dette publique atteindrait 117,2% du PIB fin 2021, après 115,1% un an auparavant. Fin 2019, avant la crise du Covid-19, la dette publique française s'élevait à 97,6% du PIB.

La contribution des administrations locales à l'endettement public augmente légèrement, de 0,9 milliard d'euros, au premier trimestre, « principalement sous l'impulsion des régions et des communes », « alors qu'Ile-de-France Mobilité et la Société du Grand Paris se désendettent » de respectivement 100 millions et 200 millions d'euros.

TV5 Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !