Covid-19 : L'Ordre des médecins fait appel suite au blâme infligé au Professeur Didier Raoult | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Didier Raoult avec son avocat Fabrice Di Vizio avant une audience devant la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir promu l'hydroxychloroquine, le 5 novembre 2021 à Bordeaux.
Didier Raoult avec son avocat Fabrice Di Vizio avant une audience devant la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir promu l'hydroxychloroquine, le 5 novembre 2021 à Bordeaux.
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Hydroxychloroquine

Covid-19 : L'Ordre des médecins fait appel suite au blâme infligé au Professeur Didier Raoult

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a décidé de faire appel du blâme infligé le 3 décembre au Pr Didier Raoult pour avoir promu l’hydroxychloroquine comme traitement du Covid-19, selon un communiqué du Conseil ce vendredi.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins fait appel du blâme infligé le 3 décembre au Professeur Didier Raoult pour avoir promu l’hydroxychloroquine comme traitement du Covid-19, selon des informations de Sud-Ouest. Cet appel est fait « a minima », a précisé le CNOM. Cela signifie qu’il demande en réalité l’aggravation de la sanction, ou à ce qu’elle demeure au minimum la même. Le blâme est la deuxième sanction en importance après le simple avertissement et avant les interdictions d’exercer, voire la radiation.

Cette chambre avait reproché au Professeur Didier Raoult d’avoir communiqué « des informations qui ne s’appuyaient sur aucune donnée confirmée » en promouvant l’hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19, selon la décision.

Elle n’avait en revanche pas retenu les accusations de « charlatanisme » et de prises de « risque injustifié » pour avoir prescrit ce traitement à des patients.

Directeur sortant de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille, le Professeur Didier Raoult était poursuivi par l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône, puis par le Cnom.

La chambre disciplinaire avait considéré que Didier Raoult avait enfreint l’article 12 du code de déontologie, qui oblige les médecins à communiquer avec « prudence » auprès du grand public et sur la base de « données » scientifiques « confirmées ». La chambre considérait également que Didier Raoult avait « divulgué dans les milieux médicaux un procédé nouveau de traitement insuffisamment éprouvé » sans les « réserves qui s’imposaient ».

Didier Raoult a aussi « manqué à son devoir de bonne confraternité » en s’exprimant « de manière peu correcte, discourtoise, voire agressive » à l’encontre d’autres médecins, selon la chambre.

L’avocat du Professeur Raoult, Maître Fabrice Di Vizio, avait estimé à l’époque que cette « tape sur les doigts » était « une victoire » pour son client.

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !