Coût du travail : il n'y a plus tant d'écart entre la France et l'Allemagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Coût du travail : il n'y a plus tant d'écart entre la France et l'Allemagne
©

Bon indicateur

Coût du travail : il n'y a plus tant d'écart entre la France et l'Allemagne

Selon les Echos, la mise en place du Crédit d'impôt compétitivité emploi serait une des explications de ce resserrement.

Un regain de compétitivité des entreprises françaises. Voilà ce que le journal Les Echos avance ce mercredi matin. Après les signes encourageants de reprise économique qui se sont traduits dans les indices PMI publiés lundi, le quotidien annonce que l'écart du coût du travail entre l'Allemagne et la France s'est réduit en 2013. Une bonne nouvelle.

Le coût horaire du travail, qui additionne le salaire et les charges, a augmenté de seulement 0,2% en France en 2013 contre 2,2% en Allemagne, selon les calculs du centre d'observation économique COE-Rexecode. Ces "bons résultats" seraient dus au Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice). Selon Les Echos, la tendance devrait se poursuivre en 2014. La hausse du coût du travail devrait aussi être atténuée par les baisses des charges envisagées dans le Pacte de responsabilité (si le gouvernement réussit à le mettre en place).

Cependant, "la France n'a pas refait tout son retard. Entre 2000 et 2013, le coût salarial horaire dans l'ensemble des secteurs marchands a progressé de 24,9 % en Allemagne et de 46,3 % en France" indique Denis Ferrand, directeur général de COE-Rexecode. Il reste donc encore une marge avant de rejoindre les Allemands sur ce point. Pour rappel, en France, le coût horaire du travail était de 35,70 euros. Il s'établit à 32,90 euros en Allemagne.

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !