Conseil stratégique de la dépense publique : Ayrault souhaite "au minimum" 50 milliards d'économies avant 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Conseil stratégique de la dépense publique : Ayrault souhaite "au minimum" 50 milliards d'économies avant 2017
©

Petite annonce

Conseil stratégique de la dépense publique : Ayrault souhaite "au minimum" 50 milliards d'économies avant 2017

Composé de Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Bernard Cazeneuve, Marisol Touraine, Michel Sapin, et Marylise Lebranchu, il doit se réunir chaque mois.

La création du conseil stratégique de la dépense publique était l'une des déclarations fortes de François Hollande, le 14 janvier. Sa composition avait longtemps été tenue "secrète". Finalement, il s'est réuni ce jeudi matin. Et finalement, une seule annonce faite par Jean-Marc Ayrault : "réaliser au minimum 50 milliards d'économies" d'ici à la fin du quinquennat, en 2017.

Sur le perron de l'Elysée, le Premier ministre a expliqué "dans ce vaste chantier que nous avons engagé et que le président a appelé le pacte de responsabilité, chacun doit prendre ses responsabilités et l'Etat doit donner l'exemple. C'est ce que nous faisons". "Ce travail va s'accentuer" a dit Ayrault ajoutant qu'il s'agissait "d'un effort très important".

Composé de Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Bernard Cazeneuve, Marisol Touraine, Michel Sapin, et Marylise Lebranchu, le Conseil stratégique de la dépense publique doit se réunir chaque mois. Le Premier ministre a précisé que "d'autres ministres peuvent être appelés à siéger au Conseil par le président de la République qui peut également inviter les représentants des organismes ayant à connaître de la dépense publique ainsi que toute personnalité qualifiée".

A lire aussi - Conseil stratégique de la dépense publique : à moins de 24h de la 1ère réunion, l'Elysée a-t-il des problèmes pour constituer sa liste ou aucun intérêt réel pour le sujet ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !