Cleveland : une des victimes de Castro raconte ses 10 ans de captivité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Cleveland : une des victimes de Castro raconte ses 10 ans de captivité
©

Témoignage choc

Cleveland : une des victimes de Castro raconte ses 10 ans de captivité

Michelle Knight est pour la première fois revenue sur ses années enfermée dans la cave d'Ariel Castro dans le talk-show "Dr. Phil".

Kidnappée, enfermée, torturée, violée… Six mois après s'être échappée, Michelle Knight, 32 ans, a pour la première fois racontée à la télévision ses années de captivité dans la "maison de l'horreur" d'Ariel Castro, à Cleveland, aux Etats-Unis. Son entretien, obtenu par l'émission "Dr. Phil" contre rémunération, a été diffusé mardi soir.

Michelle a 21 ans en 2002 lorsqu'elle croise Ariel Castro dans la rue, qui parvient à l'attirer chez lui en lui faisant croire qu'il veut lui donner des chiots, relate USA Today. Arrivée chez lui, elle est agressée et attachée dans la cave de la maison, un casque de moto sur la tête. "Il était obsédé par les prostituées et pensait que j'en était une de 13 ans", se souvient-elle dans l'interview. "Quand il a découvert l'âge que j'avais vraiment, il est devenu fou".Elle passera plus de 10 ans sans sortir de ce sous-sol.

"J'étais ligoté comme un poisson", raconte-elle, "j'étais une décoration sur un mur", rapporte CNN. Parfois livrée à elle-même pendant plusieurs jours d'affilés, elle ne pouvait pas s'allonger car la chaîne était trop courte. "Je pleurais tous les jours et il me criait dessus parce que je pleurais […] Si je ne faisais pas ce qu'il voulait il n'arrêtait pas de me frapper", témoigne Michelle, tandis que Castro lui répétait : "tu ne dois pas pleurer, tu dois être heureuse". Deux autres femmes, Amanda Berry et Gina DeJesus, avaient aussi été séquestrées par le "tortionnaire de Cleveland". Condamné à 1 000 ans de prison, celui-ci a été retrouvé mort dans sa cellule en septembre.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !