Christian Noyer s'inquiète de la situation de la France : "c'est l'heure du sursaut ou du déclin" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Christian Noyer s'inquiète de la situation de la France : "c'est l'heure du sursaut ou du déclin"
©

Quitte ou double

Christian Noyer s'inquiète de la situation de la France : "c'est l'heure du sursaut ou du déclin"

Sur Europe 1 ce jeudi matin, le gouverneur de la Banque de France a indiqué qu'il était temps de lancer "les bonnes réformes".

Quitte ou double. C'est en résumé le message que Christian Noyer a fait passer ce jeudi matin au micro d'Europe 1. Le gouverneur de la Banque de France a indiqué qu'il ne fallait plus perdre de temps. C'est "l'heure du sursaut ou du déclin" a-t-il dit. "La France n'est pas foutue, mais c'est l'heure du sursaut ou du déclin. Il faut choisir et, évidemment, il faut choisir le sursaut" a-t-il répété. "Ce qu'il serait grave de ne pas faire", c'est de mener "les bonnes réformes" et de "poursuivre inflexiblement la réduction des dépenses" a-t-il soutenu.

Evoquant tour à tour le déficit et la croissance, il a confirmé que cette dernière serait "très probablement de moins de 1%", alors que le gouvernement a corrigé ses prévisions à 0,4% pour 2014 et 1% pour 2015. "Ça veut dire qu'il n'y a pas de plan B dans l'accumulation et l'augmentation des déficits. Il ne suffit pas d'augmenter la dépense. Ça ne marcherait pas parce que, spontanément, si on ne fait pas de réformes, la croissance française restera inférieure à 1%" a indiqué le gouverneur.

Comme beaucoup d'observateurs, Christian Noyer a enjoint le gouvernement à tailler dans les dépenses pour réduire le déficite de façon significative. Pour lui, la France est responsable de la tenue des engagements pris vis-à-vis de ses partenaires européens. "Quand on dévie des engagements sur lesquels on s'est porté, on risque une perte de crédibilité. Donc, il faut démontrer qu'on suit un sentier de réformes économiques et de réduction de la dépense qui est crédible" a conclu le gouverneur de la Banque de France.

Lu sur europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !