Chômage : sous la barre des 10% au premier trimestre 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Chômage : sous la barre des 10% au premier trimestre 2016
©

Ça va mieux, ça va mieux…

Chômage : sous la barre des 10% au premier trimestre 2016

Le taux de chômage en France s'est "stabilisé" pour ce début d'année, a annoncé l'Insee jeudi.

L'Institut national de la statistique et des études économiques a établi jeudi 19 mai le taux de chômage de la France métropolitaine à 9,9% (10,2% en Outre-mer) pour le premier trimestre 2016.

Au total, l'Insee recense 2,845 millions de chômeurs en métropole à cette même période, dont 1,2 millions de chômeurs de longue durée, soit depuis plus d'un an selon la définition de l'Institut.

Les résultats des deux trimestres précédents ont été revus dans la foulée : le 3e trimestre 2015, le taux de chômage passe à 10,2% (+0,1 point), pour le 4e trimestre, la valeur définitive s'établit à 9,9% (-0,1 point). C'est pourquoi l'Insee parle de "stabilisation" dans la publication de ses derniers chiffres.

Le chômage va mieux, en légère baisse sur un an. Le taux de l'Insee, selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en baisse de 0,1 point en métropole et de 0,2 point avec l'Outre-mer. Il n'est pas possible en revanche de parler d'une inversion de sa courbe statistique.

Parmi les autres côtés positifs, la situation des seniors s'améliore, leur taux de chômage recule de 0,2 point à 6,5%. Chez les jeunes, c'est le contraire, le taux remonte encore au 1er trimestre (+0,3 points), avec un taux impressionnant de 24,2%.

Pas d'emballement excessif toutefois. Pour toutes ces mesures d'indicateurs, l'Insee s'octroie une marge d'erreur de +/-0,3 points.

A LIRE AUSSI : Cette fois, la campagne présidentielle a vraiment démarré : sur le chômage comme sur les salaires des patrons, François Hollande a recommencé à mentir

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !