Chômage : moins 20 500 demandeurs d'emploi en octobre, une baisse en trompe-l'œil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le chômage augmente encore en France.
Le chômage augmente encore en France.
©Reuters

Oui, mais...

Chômage : moins 20 500 demandeurs d'emploi en octobre, une baisse en trompe-l'œil

Si les inscrits de la catégorie A (aucune activité) diminuent de 0,6%, ceux des catégories B et C (temps partiel) augmentent respectivement de 3,7% et 4%. Et si l'on fait le total des trois catégories, la baisse se transforme en hausse de 0,8%.

Les chiffres d'octobre sont tombés jeudi soir. Surprise, selon Pôle emploi, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a diminué de 0,6%, soit 20 500 chômeurs de moins par rapport à septembre. Un bon point pour François Hollande et son gouvernement, critiqués de toutes parts. Cependant, les chiffres ont-ils vraiment baissé ? Réponse : Oui, mais... Comme le rappelle La Tribune, c'est cette catégorie qui sert de "baromètre" pour apprécier l'objectif d'inversion durable de la courbe du chômage avant la fin de l'année. 

Or, si l'on prend en compte le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégories B et C (temps partiel) - respectivement en hausse de 3,7% et 4% - l'augmentation du chômage persiste : "39 600 inscrits supplémentaires poussent ce chiffre à 4,88 millions de personnes sans emploi, selon les chiffres du ministère du Travail", indique le quotidien économique. En tout, si l'on prend en compte les trois catégories, la progression du chômage atteint 0,8% en octobre, soit 39 600 inscriptions supplémentaires à Pôle emploi.

Un résultat en demi-teinte, qui explique peut-être l'étrange reculade de François Hollande ce jeudi matin. Le président de la République a d'abord laissé croire à un abandon de son engagement d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année... avant de le réaffirmer.

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !