Charlie Hebdo : Luz quittera le journal en septembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Charlie Hebdo : Luz quittera le journal en septembre
©REUTERS/Philippe Wojazer

Fin de cycle

Charlie Hebdo : Luz quittera le journal en septembre

Près de 6 mois après les attentats qui ont endeuillé la rédaction, le dessinateur a décidé de s'en aller. "Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là" raconte-t-il à Libération.

Difficile d'imaginer que les plaies pouvaient se refermer aussi vite. Alors que Charlie Hebdo traverse une crise "post-attentats" très tendue, le dessinateur Luz, tête d'affiche du journal, a décidé de quitter la rédaction en septembre.

Interrogé par Libération, qui continue d'héberger les "rescapés", le dessinateur évoque des "raisons personnelles" pour justifier ce départ. "Si je me barre, c’est que c’est difficile pour moi de travailler sur l’actualité" raconte-t-il. "A un moment donné, ça a été trop lourd à porter. Il n’y avait plus grand-monde pour dessiner : je me suis retrouvé à faire trois unes sur quatre. Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là. Passer des nuits d'insomnie à convoquer les disparus, à se demander qu'est-ce que Charb, Cabu, Honoré, Tignous auraient fait, c'est épuisant."

Pour autant, Luz n'a rien perdu de son humour ni de sa férocité. L'après Charlie Hebdo ? "Des  livres. Prendre du temps. Relire la Bible... Non, je déconne" s'amuse-t-il. En revanche, il réfute que la convocation préalable à un licenciement de sa collaboratrice Zineb El Rhazoui au journal soit la raison de son départ. Ni les attaques de Jeanette Brougrab, ex-compagne de Charb, pour qui Luz ne fait pas dans la demi-mesure : "Je m'en branle de cette conne."

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !