Bruxelles : et si Christine Lagarde était candidate ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Christine Lagarde, directrice du FMI
Christine Lagarde, directrice du FMI
©Reuters

Pronostic

Bruxelles : et si Christine Lagarde était candidate ?

Selon Le Monde, un haut responsable européen verrait en Christine Lagarde le compromis idéal pour remplacer José Manuel Barroso à la tête de l’Union européenne.

Christine Lagarde, la directrice du Fonds Monétaire International (FMI), est en visite à Bruxelles jusqu'à ce mardi. Hasard du calendrier, la capitale européenne accueille également les ministres de la zone euro : ces derniers sont présents pour faire le point sur les pays sous perfusion du FMI en zone euro : la Grèce, le Portugal et Chypre. Christine Lagarde ne se joindra cependant pas à eux. 

Mardi, en revanche, elle présentera une étude du FMI intitulée : "Emplois et croissance : soutenir la reprise en Europe". Un titre qui, selon Le Monde, a tout d’un thème de campagne pour un candidat à une fonction européenne. Un des collaborateurs de Christine Lagarde au FMI, Anthony Annett, serait venu en toute discrétion la semaine dernière à Bruxelles pour sonder le terrain pour un éventuel atterrissage à Bruxelles de l’ancienne ministre des finances de Nicolas Sarkozy.

Mais pour l’instant, Christine Lagarde, dont le mandat au FMI prend fin en 2016, n’est candidate à rien. "Si elle est vraiment intéressée, elle n’a pas intérêt à se dévoiler trop vite", dit un haut fonctionnaire européen. Selon lui, elle ferait cependant figure de compromis idéal pour remplacer José Manuel Barroso à la tête de la commission européenne, si les chefs d’Etat et de gouvernements ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur un nom avec le Parlement européen après les élections de mai.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !