Bruno Le Maire : une "folie" de vouloir remplacer l’UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bruno Le Maire :  une "folie" de vouloir remplacer l’UMP
©

Boîte à idées

Bruno Le Maire : une "folie" de vouloir remplacer l’UMP

Dans un entretien à paraître dans le Figaro Magazine, le candidat à la présidence du parti pense qu'il ne faut pas créer de nouvelle formation politique. Une idée que soutient Nicolas Sarkozy.

Bruno Le Maire entend bien se démarquer de Nicolas Sarkozy. Alors que selon Le Monde, l'ancien président de la République veut rénover profondément l'UMP et reconstruire un nouveau parti, le député de l'Eure souhaite seulement le restaurer. Dans une interview au Figaro Magazine à paraître samedi, le candidat à la présidence du parti indique donc que "ce serait une folie, dans les temps extrêmement agités que nous traversons, de perdre du temps à reconstruire un autre mouvement politique".

Il met aussi en garde. "Ne nous trompons pas d’échéance: en novembre 2014, les militants choisiront le président du parti. Désigner le futur candidat pour la présidentielle de 2017, ce serait ouvrir une nouvelle guerre des chefs. Ne faisons pas ce cadeau à la gauche ni au FN" affirme-t-il. Il n'est d'ailleurs pas sûr qu'il soit candidat à la primaire.

Pour lui, il est nécessaire de faire "toute la lumière sur les scandales financiers" de l'UMP. "Il faudra établir les responsabilités de chacun et savoir où est passé l’argent des militants" explique-t-il promettant "la transparence des comptes". Bruno Le Maire dresse ensuite la liste de ses propositions dont le "renforcement de Schengen". "Nous avons le choix entre nous replier et suspendre Schengen ou nous battre et renforcer Schengen. La première solution nous amènerait à renoncer à des informations essentielles dans la lutte contre le terrorisme en nous privant du système d’information Schengen" détaille-t-il. Et va plus loin : "exclure ou sanctionner les Etats membres de Schengen qui ne respectent pas leurs obligations et se lavent les mains de la situation actuelle".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !