Brétigny-sur-Orge : un boulon manquant sur l'éclisse a provoqué l'accident ferroviaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Brétigny-sur-Orge : un boulon manquant sur l'éclisse a provoqué l'accident ferroviaire
©Twitter

Catastrophe

Brétigny-sur-Orge : un boulon manquant sur l'éclisse a provoqué l'accident ferroviaire

Le train 3657 qui effectuait la liaison entre Paris-Austerlitz et Limoges a déraillé le vendredi 12 juillet et a coûté la vie à sept personnes.

Un nouvel élément dans l'enquête concernant le déraillement du train de Brétigny-sur-Orge. Selon un rapport de la SNCF transmis à la justice lundi 23 septembre, l'un des quatre boulons retenant l'éclisse mise en cause dans l'accident manquait avant la catastrophe du 12 juillet. "Nous attendons les résultats de l'enquête judiciaire pour dire s'il y a eu ou non un problème de maintenance, a déclaré le président de la SNCF, Guillaume Pépy. L'enquête montrera si les règles de maintenance sont imprécises et méritent d'être complétées si leur application a été défectueuse".

Selon le document de 16 pages, il apparaît "très probable" aux enquêteurs internes au groupe que l'absence de l'un des quatre boulons maintenant l'éclisse soit "sensiblement antérieure au déraillement". Il est notamment écrit : "Trou 3: boulon et écrou non présents, trou de l'âme du coeur oxydé. Les enquêteurs privilégient une absence antérieure de ce boulon depuis une date que les expertises métallurgiques devront pouvoir préciser"

Un examen de cette pièce - une opération qui a lieu tous les quinze jours -, avait eu lieu le 4 juillet, soit huit jours avant l'accident. Celle-ci n'avait rien relevé d'anormal. "Je ne peux pas faire l'enquête à la place de la justice. Il est clair que c'est un point central de l'instruction judiciaire. Notre obsession avec les 50 000 cheminots est de garantir à tout moment la sécurité du réseau", a souligné Guillaume Pépy.

Lu sur lci.tf1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !