Bourse : les marchés mondiaux poursuivent leur dégringolade | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bourse : les marchés mondiaux poursuivent leur dégringolade
©

Quelle galère

Bourse : les marchés mondiaux poursuivent leur dégringolade

Face à la situation, la directrice du FMI Christine Lagarde a d'ailleurs évoqué de "sérieux risques" d'une nouvelle récession dans la zone euro.

Le CAC 40 n'avait plus connu cela depuis un an. Mercredi 15 octobre, l'indice boursier français est passé sous la fameuse barre des 4000 points avec une perte de 3.6% de sa valeur. Même constat sur les autres marchés mondiaux : Francfort, Milan, Tokyo… Toutes les grandes bourses ont accusé des chutes de l'ordre de 1 à 4% pour la seule journée de mercredi. Et la tendance se poursuit ce jeudi depuis l'ouverture des salles européennes.  

Un véritable vent de panique qui s'explique par de multiples raisons. A commencer par la mauvaise santé de l'économie européenne. En début de semaine, les prévisions de croissance de l'Allemagne ont été revues à la baisse tandis que les marchés s'inquiètent des difficultés de la Grèce à régler ses dettes aux créanciers. Face à la situation, la directrice du FMI Christine Lagarde a d'ailleurs évoqué de "sérieux risques" d'une nouvelle récession dans la zone euro.

A LIRE AUSSI - Coup de tabac sur les bourses mondiales : la preuve que la crise n’en a vraiment pas fini avec nous 

Mais ce dévissage des bourses ne s'arrête pas à l'Europe. De l'autre côté de l'Atlantique, la  publication d’indicateurs économiques décevants ont abaissé les prévisions de croissance des Etats-Unis provoquant une clôture en baisse pour le Dow-Jones et le Nasdaq.  Enfin, la crainte sanitaire provoquée par Ebola et les tensions en Ukraine ont accentués la défiance des marchés. 

Les bourses mondiales devraient de nouveau fermer en baisse ce jeudi. Depuis janvier, le CAC 40 a  perdu plus de 10% de sa valeur.

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !