Blocus des agriculteurs à Paris : les raisons de la colère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Lecoq, agriculteur dans le canton de Houdan, secrétaire général adjoint de la FDSEA IDF
François Lecoq, agriculteur dans le canton de Houdan, secrétaire général adjoint de la FDSEA IDF
©

Explications

Blocus des agriculteurs à Paris : les raisons de la colère

Les agriculteurs ont voulu exprimer leur désapprobation devant la politique gouvernementale.

 WikiAgri

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio »

Sept points stratégiques ont été bloqués ce jeudi au matin sur les axes d'accès routiers allant vers Paris, entraînant des embouteillages plus ou moins importants. Les agriculteurs de la FDSEA d'Ile de France, mais aussi de départements voisins venus prêter main forte, ont voulu exprimer ainsi leur désapprobation devant la politique gouvernementale.

Route nationale 12, dans les Yvelines, à hauteur de Thoiry ou Monfort-l'Amaury. Plus de 50 agriculteurs, chacun avec son tracteur, ont bloqué la route dans le sens allant vers Paris. Derrière eux, une (très) longue file de voitures, camions, immobilisés. Devant eux, plusieurs voitures de la gendarmerie, et quelques médias. L'objectif de cette manifestation, comme sur les autres points de blocage autour de Paris, est de se déplacer en direction de Paris, de se rapprocher, pour y bloquer franchement la circulation. La maréchaussée s'y est opposée. 

Evidemment, les mécontents étaient nombreux parmi les automobilistes, mais de son côté, Damien Greffin, président de la FDSEA de l'Ile de France, reste sûr de ses choix. "On en est là par manque total de dialogue. Personne ne nous écoute, nous sommes obligés de mener ce genre d'actions pour faire valoir nos opinions."

La "tyrannie molle" de Le Foll

Les opinions en question, il les exprime directement aux manifestants, à ses hommes, dans un discours qu'il a sans doute déjà prononcé sur d'autres points avant, et qu'il répétera ensuite au fur et à mesure qu'il remonte vers le nord, de blocage en blocage : "Nous perdons de la compétitivité chaque jour. La Pac est une politique européenne, elle est sensée être la même pour tout le monde, mais la déclinaison nationale choisie par Le Foll est telle que pour une parcelle de 150 hectares ici nous vendons notre blé 15 € moins cher qu'en Allemagne. Là-dessus s'ajoutent les taxes, l'écotaxe et autres. Le choix des 52 premiers hectares dans la déclinaison française nous handicape, mais encore plus les éleveurs laitiers. Le Foll essaye de monter éleveurs et céréaliers les uns contre les autres, il refuse le dialogue. Nous en appelons au Président de la République pour qu'il nomme un ministre qui connaisse l'agriculture, et qui soit ouvert au dialogue."

De son côté François Lecoq (agriculteur dans le canton de Houdan, secrétaire général adjoint de la FDSEA IDF) ajoute : "Nous ne sommes plus des entrepreneurs, nous ne sommes plus des créateurs de richesse, tout est fait pour nous sortir de l'économie, nous sommes victimes de cette tyrannie molle exercée par Stéphane Le Foll."

A noter par ailleurs un accident mortel sur un autre site, dans le Val-d'Oise. Damien Greffin a commenté cette information. "J'en suis désolé, a-t-il dit, j'ai une profonde pensée pour la victime et ses proches". Parallèlement, il "décline toute responsabilité dans ce regrettable accident. Chacun peut voir l'importance des forces de police qui nous accompagnent, on ne peut pas être tenus pour responsables d'un accident à deux kilomètres de notre barrage". Pour autant, a-t-il ajouté, par respect pour la victime, ce barrage-là a été levé très rapidement. La polémique est ensuite venue du ministre des transports Frédéric Cuvillier, qui a accusé les manifestants d'être directement responsables de cet accident. Damien Greffin, ferme, lui a répondu : " Qu'il ne détourne les raisons de notre action !"

Wiki Agri

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !