Bitcoin : panique sur la monnaie virtuelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Bitcoin : panique sur la monnaie virtuelle
©

Dans le dur

Bitcoin : panique sur la monnaie virtuelle

Depuis ce mardi matin, le site de MtGox, l'une des principales plateformes d'échange de cette monnaie virtuelle, est inaccessible.

La crise couvait depuis deux semaines, elle a désormais éclaté au grand jour. Avec la fermeture du site MtGox, le bitcoin est plus que jamais dans la tourmente. En effet, alors que les détenteurs de bitcoins chez MtGox ne pouvaient déjà pas les récupérer depuis la suspension le 7 février 2014 des transactions sur cette plate-forme, depuis ce mardi, cette monnaie virtuelle n'est même plus coté chez MtGox. Quelques heures avant cette fermeture, le bitcoin coté chez MtGox avait chuté autour de 135 dollars, sept fois moins qu'en janvier. L'arrêt de ce site est un véritable coup de massue pour tous les détenteurs de bitcoin car cette plate-forme était l'une des plus anciennes et importantes de cette e-monnaie inventée en 2009.

Selon Europe 1.fr, interrogé à ce sujet, le directeur général Mark Karpeles a répondu : "nous devrions faire une annonce très rapidement. Notre activité est à un tournant. Je ne peux pas vous en dire davantage parce qu'il y a d'autres parties prenantes." Rien de rassurant donc. D'autant plus que dans le même temps, un document a circulé sur internet indiquant que plus de 744 000 bitcoins avaient disparu après un vol, soulignant que MtGox risquait d'être redevable d'un passif de 174 millions de dollars alors que ses actifs ne dépassent pas 32,75 millions de dollars.

Toutefois, six acteurs majeurs du bitcoin se sont efforcés d'être rassurant en se démarquant clairement de MtGox mardi, accusée "d'actions intolérables qui ne reflètent ni la solidité ni la valeur du bitcoin et de l'industrie de la monnaie numérique".

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !