Birmanie : violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Birmanie : violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans
©

Heurts

Birmanie : violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans

L’état d'urgence a été décrété dans l'Ouest du pays, où ont eu lieu les affrontements.

Le pouvoir birman a dû faire appel à l'armée lundi matin pour rétablir l'ordre dans l'Etat Rakhine, dans l'Ouest du pays, après les violents affrontements ayant opposé des bouddhistes et des musulmans.

Le gouvernement a décrété dimanche un couvre-feu entre 18h et 6h00 du matin, avant d'instituer l'état d'urgence, qui confère des pouvoirs étendus à l'armée.

Les chiffres officiels estiment à 500 le nombre de maisons détruites dans les violences confessionnelles qui ont éclaté après le lynchage de dix musulmans par des bouddhistes en colère suite au viol d'une femme, il y a une semaine dans le sud de l'Etat Rakhine.

Selon les médias officiels birmans, ces affrontements ont fait sept morts et 17 blessés depuis vendredi.

"Des actes d'anarchie se sont propagés largement (...) en Etat Rakhine", a déclaré dimanche soir le président Thein Sein, au pouvoir depuis mars 2011. "Si les deux camps se tuent les uns les autres dans une haine et une revanche sans fin (...), cela pourrait se propager au delà de l'Etat Rakhine", a-t-il ajouté.

L'Etat Rakhine, qui tire son nom de la minorité ethnique bouddhiste qui y vit, compte également une importante communauté musulmane, d'origine indienne ou bangladeshi, ainsi que les Rohingyas, une minorité apatride qui est considérée par l'ONU comme l'une des plus persécutées au monde.

FranceTVInfo indique par ailleurs que l'ONU a commencé à évacuer son personnel de l'Ouest de la Birmanie.

 

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !