Bijoutier de la Marne : le braqueur armé l'a menacé mais "n'avait pas de munition" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Bijoutier de la Marne : le braqueur armé l'a menacé mais "n'avait pas de munition"
©

Eléments nouveaux

Bijoutier de la Marne : le braqueur armé l'a menacé mais "n'avait pas de munition"

Selon l'épouse du bijoutier, ce braquage serait le quatrième dont le couple a été victime.

De nouvelles informations concernant le braquage d'une bijouterie de Sézanne dans la Marne affluent tandis que le bijoutier qui a tué son braqueur se trouve toujours en garde à vue. Selon les témoignages des commerçants du quartier, le braqueur se serait présenté à la bijouterie, jeudi vers 16h30, et aurait menacé la femme du patron. Son mari, à l'étage, serait alors descendu, armé - il dispose d'une "autorisation préfectorale" de détention d'arme. "Ils en sont venus aux mains", raconte un témoin à Europe 1.

Selon le procureur Christian de Rocquigny, le bijoutier a ensuite "tiré à quatre reprises avec son pistolet automatique de calibre 9 mm" sur le braqueur. L'arme de poing de ce dernier n'était cependant pas chargé. "J’ai vu le cambrioleur qui sortait de la bijouterie pour rejoindre la voiture où son complice l'attendait. Mais quand il a voulu monter dans la voiture, il a démarré et l’a laissé sur place. Le cambrioleur titubait, mais il avait l’arme à la main", ajoute le témoin cité par Europe 1.

C'est en tombant que le braqueur a laissé tomber son arme qui a été, selon le procureur, "écartée par un passant qui a donné un coup de pied dedans". Une autopsie du corps doit avoir lieu ce vendredi. Selon l'épouse du bijoutier, ce braquage serait le quatrième dont a été victime le couple.

Le procureur a aussi donné des détails sur le braqueur. L'homme était âgé de 36 ans, récidiviste condamné à dix reprises, dont deux fois devant une cour d'assises pour vol avec arme. Il avait purgé toutes ses peines. Le procureur a, enfin, indiqué que l'attaque de jeudi pouvait avoir "un lien" avec une tentative de braquage qui a eu lieu un peu plus tôt, à 14h30, à Vitry-le-François, à 65 kilomètres à l'est, contre un local du Crédit agricole.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !